On en remet une couche ?

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a estimé, vendredi 19 juin, que le fait de repousser l’âge de la retraite en France, actuellement fixé à soixante ans, était inéluctable pour répondre à l’allongement de la durée de la vie. "Il est évident que, pour assurer de vraies retraites à tous, notre pays devra un jour repousser l’âge légal du départ à la retraite", a déclaré Laurence Parisot dans un entretien au Monde.

“On ne peut pas gagner chaque année un peu plus en espérance de vie et cesser de travailler de plus en plus tôt. C’est un vrai problème et tant que nous ne l’aurons pas résolu, les Français continueront d’être minés par l’angoisse qui, hélas, nous est si propre", a-t-elle affirmé.

Ah ben ça, c’est ben vrai, ma bonne dame ! Jusqu’ici, c’était la faute de ces fainéants de salariés s’ils choisissaient de partir en pré-retraite ou de toucher des allocations de chômage entre 55 et 60 ans. Les patrons n’y étaient évidemment pour rien, quoi qu’en disent les rapports officiels : “L’âge moyen de liquidation de la retraite s’est réduit de quatre ans durant les trente dernières années…. L’âge de cessation d’emploi a quant à lui diminué de façon encore plus marquée, passant de 63 ans pour les générations d’avant 1911, à 58 ans pour les générations nées entre 1932 et 1936 (personnes qui avaient de 60 à 64 ans en 1996). L’écart entre l’âge de cessation d’emploi et l’âge de liquidation de la retraite s’est donc accru, confirmant ainsi l’augmentation du nombre d’interruptions d’emploi (chômage, préretraite) en fin de carrière” (extrait de « les passages de l’emploi à la retraite » DARES, Premières Synthèses 2000.02 – N° 05.1)

Mais ça va changer, c’est Laurence qui vous le dit ! C’est vrai, c’est un “vrai problème” tous ces salariés qui vivent de plus en plus vieux. Comme on ne peut décemment les pousser dans l’escalier, on va te leur retrouver des petits boulots jusqu’à 75 ans – la date limite prévue par les textes européens, quand même – pour leur éviter d’être "minés par l’angoisse” du “départ à la retraite”. Ah mais faut pas rêver, demain on ne rasera pas gratis. Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire de vieux salariés qui s’incrustent quand on n’arrive même pas à caser les petits jeunes bien qu’on les paie au lance-pierres ?

Alors, ça vient ce projet de loi ? Le petit Nicolas cause, cause, et le Medef attend !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s