Libéralisme “TOTAL”

Dans la nuit du jeudi au vendredi 19 juin, 900 employés de la raffinerie britannique de Lindsey, propriété de Total, en “grève illégale” depuis le 11 juin, ont tous été licenciés. Employés par différents sous-traitants, ils travaillaient à la construction d’une unité de désulfurisation, et protestaient contre le licenciement de 51 de leurs collègues.

Les grévistes réclamaient notamment la réembauche des 51 licenciés par un autre sous-traitant, en conformité avec un accord de non-suppression d’emploi signé selon eux avec la direction. Mais Total nie l’existence d’un tel accord. "Quand différentes phases d’un projet prennent fin, les contractuels qui travaillent sur celles-ci deviennent superflus. C’est dans la nature même de l’industrie de la construction et ce sont des pratiques normales", précise le groupe pétrolier dans un communiqué.

On voit tout de suite le progrès social que représente la “flexibilité” à l’anglo-saxonne. L’entreprise française a bien appris la leçon ! En Grande-Bretagne, il est obligatoire d’être appuyé par un syndicat – qui doit déposer un préavis – pour déclencher une grève. Total avait refusé d’ouvrir les négociations tant que les grévistes n’avaient pas repris le travail.

Voilà l’avenir radieux que la droite et le patronat français voudraient nous proposer en France. Le boulot à la carte, et si vous n’êtes pas contents, c’est la porte ! Appréciez le style raffiné du communiqué : tout ça est “normal”. Dura lex, sed lex. D’ailleurs, c’est le problème des sous-traitants, isn’t it ? Me trompé-je, ou bien ai-je déjà entendu ça en français dans le texte ?

Un syndicaliste a déclaré vendredi matin : “Pour moi et pour 900 autres personnes ici, tous les coups sont désormais permis. (…) Total doit se rendre compte de ce qu’il a déclenché". De quoi ? Des menaces, maintenant ? Comme si Total y était pour quelque chose. Ce ne sont même pas ses propres salariés. On vous répète qu’il n’a fait que passer un marché avec des contractuels. D’ailleurs, dans sa grande mansuétude, TOTAL a offert un repêchage aux ouvriers virés : ils ont jusqu’à demain pour revenir à de meilleurs sentiments et se réinscrire au boulot.

Merci Patron ! It’s too much ! Vous êtes trop bon !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s