Le dimanche est le jour du saigneur !

Jean-François Copé, patron des députés UMP, est un adepte de l’euphémisme, on le savait déjà. Ainsi la loi qui autorisera désormais le travail du dimanche, sera intitulée : “projet de loi sur le repos dominical”.

A moins que ce ne soit une réminiscence militaire, quand les vieilles badernes hurlaient dans la cour de la caserne : “REPÔÔÔS!”. Juste après avoir braillé, l’air méchant : “GÂÂÂRDE à VOUS !”

Mais je m’égare. Monsieur le Président ayant exigé que l’ouvrage soit remis sur le métier, après que ledit projet de loi eut capoté en décembre dernier, il faudra s’y recoller la semaine prochaine (7 juillet). Et cette loi signe la fin du repos dominical légal et obligatoire. Le texte du projet dit en effet : “les établissements de vente de détail situés dans les communes touristiques ou thermales et dans les zones touristiques d’affluence exceptionnelle ou d’animation culturelle permanente peuvent, de droit, donner le repos hebdomadaire par roulement pour tout ou partie du personnel”. Vous avez bien lu. La suppression du repos dominical est désormais “de droit”. Il n’est plus question que de “roulement” du “repos hebdomadaire”. Pas bien difficile de voir qui va être roulé. Quant à savoir si votre commune est touristique ou non, c’est le préfet qui en décidera sur proposition du maire. Autant dire que les intéressés n’auront pas voix au chapitre. D’ailleurs, le gouvernement parle de 500 communes (sur 36000). Pas de quoi saigner “tout ou partie du personnel”. Oui, sauf que lesdites communes regroupent près de la moitié de la population française ! L’autre moitié n’a qu’à bien se tenir…

Vous vous souvenez peut-être que le travail du dimanche était une des réformes associées au “travailler-plus-pour-gagner-plus” du seigneur Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa de l’Elysée. On allait voir ce qu’on allait voir, et cochon qui s’en dédit : les employés seraient payés double, et aucun d’entre eux ne serait obligé de bosser plutôt que d’aller à la messe donner le solde de son SMIC à la quête dominicale… C’est ce qu’a encore rappelé le ministre du Travail, DARCOS, toujours aussi franc qu’un âne qui recule. Mais j’y songe… Si le droit est désormais du côté des patrons, lesquels vont être assez gourdes pour payer leurs salariés 100% plus cher ? Seigneur, vous voulez les saigner, ou quoi ? Pierre MEHAIGNERIE, ancien chef de file des centristes, breton tendance démocrate-chrétienne, et actuel président UMP de la commission des affaires sociales, est d’ailleurs allé directement au confessionnal : “On n’est pas sorti de l’auberge ! Faire croire que tous les salariés qui travailleront le dimanche seront payés double, est une grosse bourde…” Allez en paix, mon fils, faute avouée est à moitié pardonnée. Vous me direz deux Pater et trois Ave. Depuis que l’Eglise a décidé que la messe du dimanche pouvait être dite le samedi soir, on ne va pas vous damner pour quelques mécréants qui voudraient faire la grasse matinée !

Parfois, on se prend à rêver de l’époque bénie où la paix sociale était régie par l’alliance du sabre et du goupillon… Encore quelques “réformes” comme ça, et tous les Français vont enfin savoir marcher au pas.

A VOS RANGS, FIXE !… REPOS !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s