sauve qui peut, c’est la crise !

Pendant que journalistes et ministres nous amusent avec les crève-la-faim qui trichent marginalement à la Sécurité Sociale ou au RMI(1), on découvre tous les jours que les riches sont beaucoup plus doués et beaucoup moins inquiets pour ce qui concerne la fraude fiscale : le système des sociétés-écrans dans les paradis fiscaux continue plus que jamais, malgré les déclarations péremptoires du président de la République. Et ça les fait d’autant plus rigoler que le mode de mouchardage informatique des comptes bancaires ne peut permettre de coincer que les fraudeurs modestes ; les gros se gardent bien de laisser des traces ! Et comme on supprime aujourd’hui un poste de fonctionnaire sur deux départs à la retraite, ce n’est pas demain qu’on va multiplier les enquêtes fiscales sérieuses !

Mais les plus efficaces sont encore les entreprises multinationales elles-mêmes avec le système des “prix de transfert”, qui leur permet légalement de vider les caisses en France et de “transférer” leurs bénéfices à leurs filiales dans les paradis fiscaux. Dans l’émission “Pièces à conviction” de FR3, le système était fort bien démonté par C. CHAVAGNEUX, rédacteur en chef-adjoint d’”Alternatives Economiques”; c’est limpide et sans bavures, puisque d’après la Direction des Impôts, il n’y a que 300 contrôles fiscaux par an pour les milliers d’entreprises multinationales.

Et qu’est-ce que je lis hier dans la presse ? Que les entreprises elles-mêmes se font tondre par leurs propres salariés ! Bien fait, vous allez me dire. Voire. Le fameux cabinet de conseil aux entreprises, Pricewaterhouse Coopers (PwC), vient de sortir une enquête réalisée sur 3000 entreprises de 44 pays du monde. Résultat des courses : les escroqueries diverses et variées – détournements de fonds ou d’actifs, fraudes comptables, corruptionsont touché 30% d’entre elles (29% en France) dans les douze derniers mois. Et ce chiffre monte à une sur deux pour les entreprises de plus de 1000 salariés. Bref, plus l’entreprise est grosse, plus le coulage est courant. Et le plus rigolo, c’est la leçon qu’en tire PwC, qui n’est pourtant pas une officine gauchiste : d’après eux, c’est la faute des patrons qui fixent des objectifs irréalisables à leurs salariés en période de crise économique. Du coup ces derniers, de peur de perdre leur boulot, ou par lassitude d’être pressurés… tapent dans la caisse ! Et à ce jeu-là ce sont les cadres – intermédiaires ou supérieurs – de l’entreprise qui sont gagnants. Ils savent pertinemment quels sont les écarts comptables à partir desquels le contrôle interne est mis en branle, et il leur suffit de tricher en se gardant d’atteindre cette limite. En moyenne, 1/3 des fraudes comptables atteignent le million d’euros, excusez du peu…

Résumons : en France, 1 entreprise sur 3 est escroquée par ses propres salariés qui, par exemple, “habillent” la comptabilité pour ne pas se retrouver eux-mêmes à poil. Et pourtant il y a pire : en Russie ce sont 3 entreprises sur 4. On comprend pourquoi dans ce pays les nouveaux riches ont succédé aux apparatchiks et se trimballent avec des gardes du corps : ils craignent qu’à défaut de les vérifier, on préfère parfois solder définitivement leurs comptes…

Sauve qui peut, et chacun pour soi, c’est la morale de notre siècle. Et certains plaisantins parlent de rétablir les cours de “morale” à l’école. “Cause toujours, tu m’intéresses ! “ vont répondre les gosses à leur instit dans le meilleur des cas.

(1) Ce n’est pas bien, j’en conviens. Mais ce sont quelques millions tout au plus, quand la fraude fiscale est estimée à plusieurs dizaines de milliards, et celle des entreprises multinationales à plusieurs centaines!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s