ANNIVERSAIRE AMER…

Il y a aujourd’hui 60 ans que Robert SCHUMAN a prononcé son fameux discours, inspiré par son ami Jean MONNET, annonçant la fondation de l’Europe. Il s’agissait du traité organisant la “Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier” (CECA) entre la France, l’Allemagne, l’Italie et le Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). L’Europe des 6 était née. Cinq ans après la défaite du Nazisme,  la France était persuadée de construire la paix et de rendre la guerre « non seulement impensable mais aussi matériellement impossible » ; l’Allemagne était peut-être la plus enthousiaste : la construction européenne lui permettait d’échapper à l’opprobre des crimes de guerre et de faire oublier le passé nazi.

Aujourd’hui, l’égoïsme national semble l’emporter partout, dans les 27 pays de la “Communauté Européenne”, même en Allemagne où l’on a désormais la conscience proprette. Rien de surprenant à ce que la Grande-Bretagne refuse de participer au plan de stabilisation de la monnaie européenne : elle a toujours été plus atlantiste qu’européenne, et la Livre Sterling est le dernier symbole de son empire d’autrefois. Mais que la chancelière Angela MERKEL ait traîné des pieds jusqu’à aujourd’hui pour venir au secours de la Grèce en perdition, sans se rendre compte que c’était l’Euro qu’elle mettait en péril, et par suite toute la construction européenne, c’est un signe qui ne trompe pas. La démagogie – les élections régionales en Rhénanie-Westphalie risquent d’être perdues par la CDU ce dimanche – a effacé désormais l’idéal européen. En 2005, FABIUS et une partie des socialistes avaient appelé à voter NON au referendum sur la constitution européenne pour les mêmes raisons : il fallait caresser les électeurs dans le sens du poil.

Or dès demain, en l’absence de décision solidaire pour soutenir la monnaie européenne, ce ne sera pas seulement le krach boursier qui menacera, mais la fin pure et simple de la construction européenne. Or un retour en arrière n’est pas possible. Soit nous allons vers davantage de fédéralisme et de démocratie, soit l’Europe explose et se désintègre. La prolifération des partis nationalistes d’extrême-droite ne trompe pas : ce serait le triomphe de la xénophobie, et peut-être le retour de la guerre (1) qui nous a été épargnée depuis plus d’un demi-siècle. Qu’on se rappelle ce qui s’est passé au moment de la disparition de la Yougoslavie : qui pouvait croire que de tels massacres seraient encore possibles sur les terres de la vieille Europe ?

Et il faut être aussi bête que le Front National pour croire que les choses iraient mieux si chaque pays reprenait sa monnaie et restait planqué derrière ses frontières ! Qui pourrait croire que la France, voire l’Allemagne, pèseraient bien lourd face aux deux géants qui tiendront bientôt la dragée haute aux Américains, la Chine et l’Inde ?

Nos dirigeants politiques mènent une politique de boutiquiers à l’époque du marché mondial et des transactions électroniques au millième de seconde… le centriste Robert SCHUMANN, chrétien démocrate comme MERKEL, doit se retourner dans sa tombe !

(1) Mon père a connu deux guerres et fut prisonnier 5 ans pendant la dernière ; mes frères ont connu la dernière et ont fait pendant presque 3 ans celle d’Algérie. Excusez du peu…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s