La Rochelle : le degré zéro de la politique

14.06.Affiche.legislative.Royal.Falorni.930.620_scalewidth_630

Savez-vous que c’est à LA ROCHELLE que Choderlos de Laclos a écrit “Les Liaisons dangereuses”, après avoir séduit l’une de ses filles de bonne famille et lui avoir fait quelques enfants ? Hélas ! Les péripéties du vaudeville qui se joue depuis des semaines dans notre vieille cité protestante, sont loin d’être du niveau du chef-d’œuvre littéraire du XVIIIème siècle ! Ça fait juste les choux gras de la presse à sensation, et provoque des éclats de rire jusque chez nos voisins européens… Les socialistes rochelais donnent le triste spectacle du panier de crabes et la droite charentaise boit du petit lait : ce qu’elle n’a pas réussi à obtenir depuis 40 ans va advenir sans coup férir… La municipalité de gauche, l’une des plus progressistes de France, totalement déstabilisée par cette querelle de chiffonniers, risque de ne pas survivre aux élections législatives.

Car le fond de l’histoire est bien là. Derrière un obscur apparatchik du P.S., Olivier FALORNI, on découvre l’un des amis de Lionel JOSPIN (résident de l’île de Ré), Jean-François FOUNTAINE, patron de chantier naval1, ancien champion de voile, accessoirement vice-président socialiste de la Communauté d’Agglomération et prétendant au fauteuil du maire actuel. Il préside le “Comité de soutien” de FALORNI qui n’est que son homme de paille. Et ce dernier a enfin son heure de gloire : il tenait la boutique du P.S. en Charente-Maritime (secrétaire fédéral), et avait, “vu son rang dans le parti”, revendiqué un poste d’adjoint au maire de La Rochelle. Je n’ai jamais entendu dire qu’il ait marqué la vie de la commune par un travail remarquable ou des interventions brillantes. La plupart du temps, on ne l’entend même pas. Mais FOUNTAINE et lui avaient des comptes à régler avec Ségolène ROYAL : la présidente de la Région avait en effet mouché FOUNTAINE, alors vice-président, devant tous les conseillers, à l’occasion du vote du budget 2008 ; il proposait d’augmenter les impôts, elle, de recourir à l’emprunt. Ségolène ROYAL, qui présidait la séance, avait refusé de lui donner la parole. Humilié, FOUNTAINE avait quitté la séance en claquant la porte. Depuis, c’est la guerre ! ROYAL avait poussé l’inconscience jusqu’à tenter – vainement – d’imposer ses partisans, et d’éliminer les socialistes rochelais, soigneusement cornaqués par FALORNI, à l’occasion des élections régionales suivantes.

Et voilà comment l’humiliation dérisoire de quelques mecs par une femme politique2, sans doute un peu pète-sec, a fini par gangréner toute la gauche rochelaise. Ségolène ROYAL savait ce qui l’attendait en présentant sa candidature à LA ROCHELLE, quand le député-maire, Maxime BONO eut décidé de ne plus cumuler les deux mandats. Elle n’avait aucune chance d’obtenir l’investiture des affidés du P.S. local, et fit appel à l’arbitrage du Bureau National. Car, bien qu’il n’ait que 40 ans, las d’attendre son tour dans la file qui mène à la gamelle de soupe, FALORNI était résolu à forcer le destin et à défier “l’étrangère parachutée” par les “Parisiens”.

Et c’est là que la cuisine socialiste a tourné au vinaigre. Dans la presse locale (SUD-OUEST, La Charente Libre), l’animosité contre Ségolène ROYAL vire à l’inimitié féroce. Le discours de ses opposants devient quasiment xénophobe : “Ségolène, la “madone du Poitou”, n’est pas  de sang rochelais. Elle était dans le département voisin (Les Deux Sèvres, à 50 km de là), elle n’a qu’à y retourner !” Voilà ce qu’on me répond hargneusement quand je demande naïvement quelles divergences politiques séparent les deux candidats. Je croyais que “Français de souche”, c’était un slogan fasciste, ou Lepéniste à la rigueur. Les leaders de la droite, BUSSEREAU et RAFFARIN, ont inventé désormais le “parti charentais-maritime” contre “l’étrangère” : en vieux marins qui savent louvoyer, ils réalisent d’un coup qu’ils ont l’occasion de couler “la ROYAL” qui les a humiliés – encore des mecs frustrés, décidément – lors des dernières élections régionales (60% des voix, excusez du peu ! ). Et ils appellent à voter pour l’ancien bureaucrate socialo avec le mot d’ordre “TSS” (“Tout Sauf Ségolène”, ça rappelle évidemment le “Tout Sauf Sarkozy” qu’ils n’ont pas digéré). Désormais les maires de l’île de Ré, tous UMP, à une exception près, battent le rappel de tous leurs administrés imposables à l’ISF, assistent avec enthousiasme aux réunions électorales de FALORNI, et appellent à voter pour lui. Les sondages d’opinion se succèdent et annoncent la probable défaite de ROYAL. Mais le succès de FALORNI sera une victoire à la Pyrrhus :  80% des électeurs sarkozystes devraient voter contre ROYAL, c’est à dire pour FALORNI. Mathématiquement, on ne voit pas comment Ségolène, insultée à longueur de forum sur Internet, pourrait retourner la situation…

Pour ma part, j’ai toujours voté à gauche. Ce n’est pas à mon âge que je vais virer ma cuti ! Et si Ségolène m’a souvent paru un peu allumée – c’est un euphémisme -, il est indubitable que son bilan à la direction de la Région plaide pour elle. En tout cas, je ne vais pas me mettre à voter pour un type, FALORNI, dont le seul titre de gloire est d’avoir un grand-père rochelais, ancien capitaine du club de basket local, dont les plus fervents supporters sont tous les mecs aigris du PS, cul et chemise avec les éternels battus de la droite et de l’extrême-droite ! Si c’est ça “la gauche” rochelaise depuis trois générations, le “parti charentais-maritime” seul habilité à la ramener, je préfère rester avec tous les “bougnoules”, mes camarades “étrangers”…

_______________________________________________________

N.B. Je ne vous parle pas du fameux tweet de Mme TRIERWEILER qui a pris parti pour Falorni contre l’ex de son mec actuel. Ce blog respecte la décence : il discute d’idées politiques et ne s’intéresse pas aux histoires de cul !

_______________________________________________________

1 Le chantier naval FOUNTAINE-PAJOT est le premier constructeur mondial de catamarans de plaisance. FOUNTAINE est par ailleurs président de la “Fédération des Industries Nautiques” depuis 2009.

2. Je ne peux m’empêcher de penser que, si les rôles avaient été inversés, on n’en aurait pas fait un fromage ! Des femmes humiliées par l’autoritarisme d’un homme politique, c’est tellement courant que personne n’imagine que ça puisse avoir des conséquences…

Publicités

2 réponses à “La Rochelle : le degré zéro de la politique

  1. Cher Yves-Marie
    La politique est un monde de requins dans lequel ta « chère » ségolène a été une des premières (depuis 1986) à nager sans jamais n’avoir eu aucun état d’âme. Que son bilan plaide pour elle dans la région soit, mais alors celui de Nadine Morano aussi… Que l’on oublie comment elle a pu mettre à l’index ses pauvre rochelais en croyant qu’elle serait élue sans problème, en oubliant même de se constituer une équipe de campagne (regarde sa suppléante), en ne préparant quasiment aucune visite et en ne parlant de la députation que comme moyen d’accéder au perchoir …alors là désolé mais elle mérite pleinement son échec. Ce Falorni, socialiste non dissident mais isolé (terme moins soviétique mais tout comme) en obtenant près de 30 pour cent des voix au premier tour n’ a pas fait que le jeu de la droite, il a rappelé aussi que des rochelais majoritairement ne voulaient pas de Royal… c’est cela la politique…. Enfin, je te rappelle que cette dame si douce, si vaillante a été à une époque un ministre bien « spécial » dans le domaine de l ‘enseignement et qu’elle a été la première bien avant Châtel et Darcos à dire que si les enseignants n’étaient pas tous des pédophiles (rappelons le suicide d’un enseignant à son époque), il était sur en revanche que la plupart d’entre eux ne travaillait pas assez (campagne de 2007 : d’où un vote pour Bayrou).
    Je comprends Chanderlos de Laclos mais alors je te renvoie aussi à Rousseau qui dans le contrat social déplorait déjà que le langage de vérite ne soit pas un langage pour le peuple mais du peuple….. Amitiés

  2. Arrêtez ! N’en jetez plus ! Mon vieux Phil, j’ai l’impression d’entendre l’ancienne conseillère générale de mon quartier (UMP) ; elle appelait à voter pour Falorni dont la suppléante socialiste était précisément celle qui l’avait battue aux dernière cantonales ! A part ça, j’ai sans doute plus de divergences politiques avec ROYAL que tu n’en as ; mais ce qui se passe à LA ROCHELLE, c’est Clochemerle ! Et le battage médiatique fait autour de ce rejet manifeste de l’opinion pour ROYAL ne va pas me faire prendre des vessies pour des lanternes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s