Choper la peste pour échapper au choléra

« […] le PS, lâché par ses électeurs, appelle à voter pour un voyou patenté au nom d’un front républicain de carnaval… » Jean-François KAHN

71620129Ainsi donc, le Parti Socialiste, par la voix de son 1er secrétaire Harlem Désir, appelle à voter pour l’UMP Jean-François MANCEL dans l’élection partielle de l’Oise dimanche prochain. Au premier tour en effet, Sylvie HOUSSIN, la candidate du PS, devancée en 2012 de 63 voix seulement, a perdu 10 000 voix dimanche dernier, et est arrivée derrière la candidate du Front National. Or les 2/3 des électeurs ne sont pas allés voter dimanche dernier. Du coup, la socialiste n’a pas obtenu 12.5% des électeurs inscrits, et est éliminée d’office.

Qui est ce MANCEL, le dernier rempart des « républicains » ? Un gugusse qui a fait carrière au parti gaulliste depuis 45 ans.

  • Sa carrière politique est un modèle d’opportunisme. Secrétaire Général du RPR en 1995, il est exclu de son parti en 1998 pour avoir encouragé et organisé le désistement réciproque entre RPR et Front National dans son département. La même année, il sauve sa présidence du Conseil Général de l’Oise grâce à une coalition avec l’extrême-droite. Et en 2002, il adhère à la nouvelle étiquette du parti gaulliste, l’UMP : on efface tout et on recommence !
  • Ses démêlés avec la justice sont tout aussi pittoresques. En 1997, il est l’objet de remontrances de la Cour des Comptes pour la « mauvaise gestion » du Conseil Général de l’Oise. Il faisait payer ses dépenses personnelles par le département. En 1998, le Procureur de la République classe l’affaire à condition qu’il rembourse… C’est pas cher payé.
  • En 1998, il est mis en examen pour « détournement de fonds publics » et « recel d’abus de biens sociaux » à la suite de commissions touchées sur la renégociation d’emprunts par le fameux Michel PACARY1, et sa société Rhoddlams, lequel est mort en emportant ses secrets dans la tombe (1999). Les poursuites seront finalement abandonnées en 2002, la justice n’ayant pu apporter « la preuve que les factures de Rhoddlams étaient fictives ».
  • Après une dizaine d’années de procédures diverses et variées,  pendant lesquelles il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, 30 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité2, pour « prise illégale d’intérêt »3, il finit par obtenir satisfaction à l’usure en 2010 de la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour un vice de forme4.

Et c’est pour un tel guignol que ce brave Harlem appelle à la « discipline républicaine » ? Hé les socialos, quand vous avez pris une claque, vous réclamez un coup de pied au cul ?

Voter MANCEL (UMP) pour ne pas voter ITALIANI (FN), c’est quasiment une histoire de palindrome : choisir « la droite extrême » pour éviter « l’extrême droite », comme l’a dit justement la candidate socialiste elle-même. Et refusant de se renier, elle a ajouté : « c’est bonnet blanc et  blanc bonnet », selon le mot fameux de Jacques DUCLOS, celui qui pleurait dans sa casquette à la tribune du congrès du PC quand « le camarade Staline est mort » en 1953, mais collait le même bonnet d’âne à Pompidou et Poher en 1969 ! On pourra dupondtpréférer la métaphore des deux DUPONDT. Les coupeurs de cheveux en quatre me rétorqueront qu’il n’y a pas qu’une différence orthographique entre Dupont et Dupond, dans les albums de Tintin, mais aussi de nature : l’un a les coins de la moustache relevés, l’autre tombants. Et pour les duettistes de BEAUVAIS, il est manifeste que M. MANCEL a de la barbe, et que Mme ITALIANI n’en a pas. Ça ne suffira pas pour convaincre l’électeur que MANCEL est un type au poil !

Bref, dimanche, faites comme moi : allez à la pêche ! Et que ça vous serve de leçon : il ne faut jamais laisser traîner les doigts dans le panier de crabes !

___________________________________________

[1] PACARY avait pignon sur rue dans les DOM-TOM et à GRENOBLE où il a contribué à la chute du maire RPR, CARIGNON. Il a reconnu lui-même : «Je reversais 25% de mes commissions en liquide au RPR. Une ou deux fois par mois, je remettais une enveloppe au trésorier adjoint et il allait mettre l’argent au coffre. C’est le RPR qui voulait du liquide. Pas de trace.» Peut-être se vantait-il un peu… Mais pour que le Luxembourg ait consenti à l’extrader à l’époque, il fallait que les charges fussent lourdes !

[2] Cette peine d’inéligibilité a été annulée lors de son second passage en cour d’appel, heureusement. Sinon, les électeurs de l’Oise eussent été privés de ce grand « républicain » !

[3] Il avait refilé un marché, en tant que Président du Conseil Général, à la société Euro-2C, actionnaire d’une chaîne de parfumeries dont Mancel était un autre actionnaire.

[4] « la Cour de cassation n’aurait pas dû se pencher deux fois dans une composition quasi identique sur le dossier » dit l’arrêt de la CEDH. En matière de chicane procédurière, les époux TIBERI ont fait mieux : ça fait 16 ans que ça dure, et ce n’est probablement pas fini !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s