Archives de Tag: catholiques

Un même mépris des femmes

5006727_6_5537_les-manifestants-protestent-contre-un-projet-de_a2c07389eccea6b9b994b365dabdd884Il faudra qu’on m’explique pourquoi les « féministes de la onzième heure » qui voulaient interdire par décret la mode ridicule et rétrograde du « burkini », ou qui s’émouvaient de voir des femmes se promener dans les rues avec le moindre foulard sur la tête, sont aujourd’hui bien silencieux. A Varsovie, 3000 à 5000 femmes sont descendues hier dans la rue pour protester contre un projet de loi qui veut criminaliser l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG). Oui, en Europe !

La législation polonaise sur l’avortement était pourtant l’une des plus rétrogrades qui soit : l’IVG y est en effet ILLEGALE, sauf en cas de : 1. viol ou inceste 2.pathologie lourde du foetus 3. danger pour la vie ou la santé de la mère. Pas le choix !

C’était encore trop !.. Il paraît que c’était un compromis passé, à la chute du communisme, avec l’Eglise catholique polonaise ! Désormais, la campagne menée par les mouvements hypocritement intitulés « pro-vie », soutenue, voire téléguidée par l’épiscopat polonais, et assumée avec enthousiasme par l’extrême-droite nationaliste au pouvoir (PiS : « Parti Vérité et Justice ») a accouché – si j’ose dire – d’un projet de loi.  Il est en examen devant le parlement : TOUTE interruption de grossesse sera désormais ILLÉGALE et vaudra 5 ans de prison 1. aux femmes concernées 2. aux médecins 3. à toute personne qui aura prêté assistance à une I.V.G. Autant dire que vous n’avez pas intérêt à faire une fausse couche si vous ne voulez pas vous retrouver en tôle !

« On est chez nous ! On est chez nous ! » chantent sur l’air des lampions les braillards de l’extrême-droite dite « identitaire ». Et voilà ce que nous promet la « défense de la civilisation occidentale et chrétienne » ?… Tous ces crétins sont juste doués pour casser de l’arabe, jeter hors des frontières les immigrés, et jouer comme des gosses aux preux chevaliers défenseurs des « valeurs morales »! Hier, ils défilaient dans les rues de PARIS, avec « la manif pour tous » et la plupart des évêques français, pour vouer aux gémonies « les pédés » et défendre la « famille » contre le mariage gay. Demain, vont-ils reprendre les mots d’ordre des nationalistes et des curés polonais ?
5006726_6_68be_une-femme-portant-un-foulard-sur-le-visage-et_dd0357e0eec235e283785e8eb36c05dfLa vérité, c’est que parmi les chrétiens comme parmi les musulmans, il y a les mêmes arriérés mentaux qui en sont encore à défendre le patriarcat pur et dur : les femmes ne s’appartiennent pas, elles appartiennent à leur mari, à leur famille, à leur pays ! Elles n’ont pas le choix : leur devoir est de faire des enfants… pour leur mari, pour leur famille, pour le pays ?

Je sais. Vous allez me dire que j’exagère, mais je suis en colère ![*]

Vous les voyez tous les gueulards qui font le lit du Front National et qui rasent les murs aujourd’hui, dans un silence honteux ? Il faut le dire : il est intolérable qu’un pays comme la Pologne se prétende européen ! La réaction catholique et son gouvernement sont en train de le rejeter dans un cul-de-basse-fosse moyenâgeux !

_________________________________________________________________

[*] La preuve : j’avais laissé tomber ce blog, découragé par le triste spectacle de la situation politique. Mais TROP,C’EST TROP !

Publicités

vendredi 13

CULfLKFXAAAYzOBOn a donc affaire à des simples d’esprit ! Ils croient qu’en se faisant péter la gueule et en tuant le plus possible de « mécréants », ils iront directement au paradis d’Allah où les attendent des « vierges » prêtes à se faire sauter (elles aussi, mais pas dans le même sens).

Avez-vous noté que c’est quasiment tous des petits voyous qui faisaient du trafic de haschich, ou qui braquaient des épiceries de quartier ? Je me suis toujours demandé pourquoi les régimes fascistes de toute obédience s’en remettent à des crétins ou des demeurés pour accomplir les crimes que réclame leur idéologie (Cf. « la résistible ascension d’Arturo UI » de BRECHT, et « Lacombe Lucien » de Louis MALLE, ou la liste des petites frappes qui ont servi d’auxiliaires de la Gestapo pendant la guerre). Ce qui rassemble les Islamistes de tout poil, des Wahhabites d’Arabie Séoudite aux Chiites d’Iran, c’est leur haine de la démocratie. Mais les « calotins » ne valent guère mieux puisqu’ils considèrent tous que le dogme religieux est supérieur aux lois de la République. Voici ce qu’écrit l’abbé GROSJEAN (comme devant ?), porte-voix de l’Eglise catholique, dans le Figaro :
« Face à l’islamisme, une France prisonnière de la culture libertaire1 et du relativisme est une France fragile et démunie symbole_anarchistede ce qui fait sa grandeur et sa force. Une France qui ne s’aime pas, qui ne transmet plus l’héritage culturel et spirituel des siècles passés, qui ne sait plus ce qu’est le vrai, le bien, le beau, qui n’assume pas son passé ni sa vocation, qui s’auto-flagelle en permanence… cette France-là ne sera pas forte devant Peace for Parisces
barbares qui – eux – ne connaissent pas le doute. »
Les curés vont bientôt nous ressortir « la France, fille aînée de l’Eglise » ! Les mécréants vont avoir intérêt à marcher droit, Deo Gratias !

Donnez le pouvoir à ces braves gens – si LE PEN y arrive, il ne vous restera plus qu’à prier Ste Rita, « patronne des causes désespérées » – et vous aurez les mêmes résultats qu’avec les barbus.

Evidemment, il faudrait aussi se demander comment des jeunes paumés élevés en France, éduqués par l’école laïque, peuvent être cons au point de tirer dans le tas quand on leur donne une Kalachnikov. Pourquoi ont-ils accumulé une telle frustration qu’ils sont devenus capables de se prendre pour des héros quand ils assassinent benoîtement leurs voisins, leurs concitoyens, leurs compatriotes ? Ils ont assurément un pois chiche dans le cerveau, mais le discours hystérique contre les « étrangers » et les « musulmans » des demeurés de droite et d’extrême-droite n’y est sans doute pas étranger, si j’ose dire…

Quoi qu’il en soit, les fascistes islamistes ont déjà gagné la première manche :      « l’Etat d’Urgence », après « la loi sur le Renseignement », a consacré la fin de nos libertés républicaines et du respect du droit2, puisque les flics ont désormais toute liberté pour surveiller, espionner, perquisitionner, arrêter, sans rendre aucun compte à un juge ! On me répondra qu’ils le faisaient déjà avant – je parle de la surveillance coutumière des « Renseignements Généraux » – mais c’était illégal. Désormais, on n’aura plus qu’à fermer sa gueule : ils ont tous les droits ! 95% des Français approuvent, et la cote de HOLLANDE remonte dans les sondages…

CUGIqrvXAAAS97fSi la Droite et l’Extrême-Droite reprennent le pouvoir (je suis convaincu que l’avenir, plus ou moins proche, nous réserve une grande alliance de la droite et de l’extrême-droite, comme ça s’est déjà passé dans nombre de pays européens tels l’Autriche, le Danemark ou la Finlande), le terrain sera déjà prêt : la législation leur permettra d’interdire toutes les associations qui leur déplairont, de mettre en résidence surveillée tous les opposants gênants, etc. J’exagère ? Probablement n’avez-vous pas lu le texte de la loi sur la prolongation de « l’Etat d’urgence », ni écouté le discours de HOLLANDE au congrès de Versailles : tout y est !

Bref, on est en train de jeter le bébé avec l’eau du bain, comme dit le proverbe… C’est un truc qui ne risque pas de m’arriver. J’ai eu la prudence de ne pas faire d’enfants !

_______________________________________________________

1. Personne ne semble avoir remarqué que le dessin conçu par un certain Jean JULLIEN, intitulé « Peace for Paris », que les « croyants » ont transformé en « Pray for Paris », était en fait une transposition astucieuse du « A » libertaire (Anarchie). Pour ceux qui n’en sont pas convaincus, j’ai collé les 2 dessins côte-à-côte.

2. J’ai eu naguère une discussion un peu rude avec une de mes anciennes élèves de CASABLANCA, journaliste talentueuse d’ailleurs, qui, à la suite du massacre de « Charlie-Hebdo », dénonçait de façon virulente « l’islamophobie » des Français ; je lui avais fait remarquer que, jusque là, l’état de droit restait maintenu en France, et qu’aucun « Patriot Act » n’avait créé de législation d’exception, comme aux USA. Hélas, cette fois, c’est quasiment fait. Avec mes sincères regrets, Yasrine…

Les ligues fascistes, 80 ans après !

imageimage« Vive le roi, on se fout des lois ! », « Travail, Famille, Patrie ! », « Juifs hors de France ! », « journalistes collabos ! » Vous n’y êtes pas. Non, nous ne sommes pas en 1934 !

 

 

1797555_1419297488309604_1868373887_nTout ce que notre pays compte de sexistes, d’intégristes, de fascistes, de royalistes, de racistes, bref de crétins obscurantistes, s’était donné rendez-vous le dimanche 26 janvier à PARIS, après la messe, pour s’époumoner à gueuler des slogans, non seulement contre le gouvernement, mais aussi contre la République qu’ils vouent à l’enfer. Ces braves gens avaient d’ailleurs choisi le « DIES IRAE » (« jour de colère »), l’hymne catholique évoquant, dans les messes de Requiem, le « jugement dernier » comme mot d’ordre de ralliement. Ah ! Quel rêve ! Revenir 80 ans en arrière !

imageHuit jours avant, une partie de ces pieux concitoyens avaient manifesté, avec la bénédiction de François – le pape, pas le président – contre la loi autorisant l’IVG (17 janvier 1975) et pour le soutien du gouvernement… espagnol qui vient de retourner aux sources du Franquisme, en déposant un projet de loi qui supprime purement et simplement le droit à l’avortement. Ah ! Quel rêve ! Revenir 40 ans en arrière !

Huit jours après, ils remettent le couvert : comme la loi instaurant « le mariageimage pour tous » a été votée, et que, malgré leurs vociférations réclamant la « destitution de Hollande », ils ont peu de chances d’obtenir que les homosexuels soient brûlés sur les bûchers de la très sainte Inquisition, ils amusent la galerie avec leurs fantasmes sur « la théorie du genre », la « gestation pour autrui », la prétendue politique antifamiliale du gouvernement. Aujourd’hui ils triomphent : le projet de loi sur la famille vient d’être repoussé aux calendes grecques ! Ah ! Quel rêve ! Revenir un siècle en arrière ! Revenir enfin à l’époque où l’école laïque, « l’école du diable », n’enseignait pas l’esprit critique, et où l’éducation se faisait au catéchisme – pour nos chères petites têtes blondes –, et à la médersa – pour les basanés des colonies …

Depuis des semaines, avec l’aide du « buzz » sur Internet que tous les réactionnaires ont investi à défaut de pouvoir imposer leurs obsessions par un vote démocratique, avec le soutien de commentateurs incultes ou faux-culs dans la presse de droite et à la télévision, on nous a bassinés avec une prétendue « théorie du genre » qui n’existe pas, et n’a jamais existé ! Le terme a été utilisé par des universitaires américains (« gender studies ») pour désigner ce qui ne relève pas stricto sensu de la biologie – l’inné –, mais bien souvent de l’éducation – l’acquis. C’est pourquoi, plutôt que de différences « sexuelles », ils ont préféré parler de « genres », comme en grammaire (genre masculin, féminin, voire neutre pour certaines langues). Bref, tous ces agités du bocal, qui n’ont pas lu de livre depuis qu’ils ont quitté l’école, viennent tout juste de découvrir que jouer aux cowboys, pour les petits garçons, n’est pas une affaire de quéquette, ni un problème de clitoris pour les petites filles,   de jouer à la poupée ! On me pardonnera une fois encore, de jouer au vieux con : Elena GIANINI BELOTTI, l’une des animatrices de l’école Montessori en Italie, a écrit « du côté des petites filles » en 1973 ! Elle y démontrait que l’idéologie dominante confortait les préjugés sexistes existant dans l’éducation, et maintenait les filles dans une attitude de soumission à la tradition patriarcale. J’ai lu moi-même cet essai, publié en français aux « Editions des Femmes », il y a quarante ans ! Et je ne parle pas du « Deuxième Sexe » de Simone de Beauvoir, publié en 1949, que nous avions tous déjà lu : « On ne naît pas femme, on le devient », avait écrit celle-ci avec humour. Mais ces gens-là doivent supposer que l’humour est une invention diabolique des hérétiques anglo-saxons…

Car le fond du problème est bien là. Revenir sur plus d’un siècle d’émancipation des femmes, revenir à l’ordre patriarcal où la femme n’est pas l’égale de l’homme, mais ne lui est que « complémentaire »[1], pour la plus grande gloire de Dieu dans les siècles des siècles Amen ! Ainsi s’explique leur haine des homosexuels qui ne désirent pas reproduire le modèle familial avec « papa et maman », la propagande forcenée contre toute tentative d’ouvrir les yeux sur les stéréotypes sexistes à l’école ( ABCD de l’égalité). Et ces braves gens sont assez crédules pour avaler les pires âneries qui font même rire les Belges : n’a-t-on pas dit que les instituteurs – à l’école laïque, évidemment – allaient apprendre aux enfants de C.P. à se masturber ? D’ici peu de temps, si l’on en juge par l’alliance qui s’est nouée, à l’occasion de ces manifestations, entre intégristes catholiques et musulmans, l’école laïque ne sera plus menacée seulement par les barbus salafistes mais aussi par tous les calotins, qu’ils brandissent la croix ou le croissant, voire l’étoile de David. A ce moment-là l’éducation sexuelle sera proscrite, les cours de biologie passeront sous silence la contraception, les filles viendront suivre les cours d’éducation physique avec des survêtements à capuche, on rétablira les blouses roses les semaines A et bleues les semaines B, on reviendra au mur séparant l’école des filles et l’école des garçons… Tout comme quand j’étais gosse ! Et les curés ensoutanés monteront en chaire le dimanche pour vous dire pour qui il faut voter. Tout comme quand j’étais gosse !

Vous pourrez dire ce que vous voudrez, mais quand la droite, prétendument « républicaine », colle au cul de tous ces énergumènes qui ne rêvent que d’abattre « la gueuse »[2], et que ses députés défilent avec eux, ceints de l’écharpe tricolore,  c’est qu’il y a quelque chose de pourri dans notre pays. Mais que des jeunes filles de 20 ans descendent dans la rue, déguisées en Marianne, pour revendiquer le retour à la soumission et à l’ordre patriarcal, ça me dépasse. Ôtez-moi d’un doute : serais-je devenu un vieux con ?


[1] Même la nouvelle constitution tunisienne votée par des députés en grande majorité islamistes (Ennhahda) a consacré le principe absolu de l’égalité entre hommes et femmes. C’est dire si la « manif pour tous » est progressiste !

[2] « la gueuse » est le terme méprisant qui désigne la République dans la prose de l’Action Française, journal créé par des antidreyfusards antisémites,  et devenu depuis l’organe de presse des royalistes, sous l’influence de Charles Maurras. « L’Action Française » existe toujours et a eu une influence déterminante dans les manifestations récentes.

La République est le gouvernement des Juifs […] La République est le gouvernement des pédagogues protestants […] La République est le gouvernement des Francs-maçons […] La République est le gouvernement de ces étrangers plus ou moins naturalisés ou métèques […] Charles MAURRAS, L’Action Française n°3, 23 mars 1908.

Benoît XVI parle un latin de sacristie…

benoit16Pour être tout à fait franc, la « renonciation » de Benoît XVI au pontificat (et non pas la « démission », puisqu’il n’a pas de comptes à rendre à un quelconque patron) me laisse assez indifférent. Mais par curiosité, j’ai voulu lire le texte original de son discours en latin (Cf. Radio-Vatican).

Et là, j’ai été très déçu. Le jargon de cuisine parlé par le pape est très loin des périodes cicéroniennes dont nous nous inspirions autrefois quand nous avions à nous exprimer en latin, sous la férule de nos maîtres !

DECLARATIO

Fratres carissimi

Non solum propter tres canonizationes[YME1] ad hoc Consistorium vos convocavi, sed etiam ut vobis decisionem[YME2] magni momenti pro Ecclesiae vitae[YME3] communicem. Conscientia mea iterum atque iterum coram Deo[YME4] explorata ad cognitionem certam perveni vires meas ingravescente aetate non iam aptas esse ad munus Petrinum aeque administrandum.

Bene conscius sum[YME5] hoc munus secundum suam essentiam spiritualem[YME6] non solum agendo et loquendo exsequi debere, sed non minus patiendo et orando. Attamen in mundo nostri temporis rapidis mutationibus subiecto et quaestionibus magni ponderis pro vita fidei perturbato ad navem Sancti Petri gubernandam et ad annuntiandum Evangelium etiam vigor quidam corporis et animae necessarius est, qui ultimis[YME7] mensibus in me modo tali minuitur, ut incapacitatem  meam ad ministerium mihi commissum bene  administrandum agnoscere debeam. Quapropter bene conscius ponderis huius actus plena libertate declaro me ministerio Episcopi Romae, Successoris Sancti Petri, mihi per manus [YME8] Cardinalium die 19 aprilis MMV commissum renuntiare  ita ut a die 28 februarii MMXIII, hora 29[YME9] , sedes Romae, sedes Sancti Petri vacet et Conclave  ad eligendum novum Summum Pontificem ab his quibus competit convocandum esse.[YME10]

Fratres carissimi, ex toto corde gratias ago vobis pro omni amore et labore, quo mecum pondus ministerii mei portastis et veniam peto pro omnibus defectibus meis. Nunc autem Sanctam Dei Ecclesiam curae Summi eius Pastoris, Domini nostri Iesu Christi confidimus sanctamque eius Matrem Mariam imploramus, ut patribus Cardinalibus in eligendo novo Summo Pontifice materna sua bonitate assistat. Quod ad me attinet etiam in futuro vita orationi dedicata Sanctae Ecclesiae Dei toto ex corde servire velim.

Ex Aedibus Vaticanis, die 10 mensis februarii MMXIII

BENEDICTUS PP XVI

© Copyright 2013 – Libreria Editrice Vaticana

On voit donc, à travers ces quelques exemples, qu’il était temps que Benoît XVI laisse sa place : arrivé à l’âge canonique, il n’est, comme il le dit, « plus capable » de tenir un discours de quelques lignes dans un latin académique ! A une « époque de changements rapides », que vont penser tous les cathos intégristes qu’il a placés aux avant-postes de l’Eglise Catholique et Romaine ?


[YME1]Barbarisme même si le verbe « canonizare » est attesté en latin ecclésial

[YME2] = « Arrangement, transaction, action de trancher une question longuement débattue… » Bref, ça n’est pas vraiment une surprise !

[YME3] VITA ! (ABLATIF)

[YME4]= « devant Dieu, en présence de Dieu » On voit que le Benoît ne fréquente pas n’importe qui !

[YME5]Tournure teutonne ? => Mihi conscius sum me debere

[YME6]Barbarisme = spiritalem

[YME7]veut-il parler de ses « derniers mois » (avant sa mort) ou des mois « les plus éloignés » ce qui sous-entendrait qu’il a toujours été incapable d’être pape ?

[YME8]« per Cardinales » était bien suffisant. Cette référence aux « mains des cardinaux » rappelle fâcheusement, à propos du dernier conclave, l’expression latine « venire ad manus » : « en venir aux mains » !

[YME9]faute de frappe manifeste : il n’y a que 24 heures dans une journée

[YME10]phrase incompréhensible : 1 le complément d’agent de l’adjectif verbal devrait être au datif seul 2 que vient faire l’infinitif ici (= convocandum sit ? ou plus simplement : convocetur)

Les cadavres dans le placard de droite

DEBROGLIE

article_boulin

FONTANET

1921-†1976                     1920-†1979                        1921-  †1980

Trois morts mystérieuses de ministres de la République, dont 2 assassinats avérés, ont marqué la présidence de Giscard. Sacré tableau de chasse pour un « viandard » comme l’ex-président !

En 1976, son ami le Prince Jean de BROGLIE, descendant du Duc de Berry, un vrai aristocrate qui n’a pas acheté son titre comme le sieur Giscard, brillamment élu et réélu dans l’Eure, est assassiné en sortant de chez son « conseiller fiscal », par un assassin qui court toujours. La rumeur veut qu’il ait été victime d’un règlement de comptes pour avoir omis de rembourser un de ses prêteurs sur gages. Quels fonds ? Qui lui a logé une balle dans le buffet ? On n’en sait rien. La seule chose dont on soit sûr, c’est que le petit prince avait été le trésorier de la campagne présidentielle de GISCARD en 1974.

En 1980, Joseph FONTANET, ancien résistant, ancien cacique du MRP, rêvant vainement de créer en France un parti chrétien-démocrate, ancien ministre de Pompidou, est assassiné par des tueurs en voiture alors qu’il rentre chez lui après minuit. On n’a jamais su ni par qui ni pourquoi il avait été « exécuté ».

Entre temps, en 1979, se situe la fameuse « affaire BOULIN« . France 3 vient d’y consacrer deux films passionnants, un documentaire de Gilles CAYATTE lundi soir, et une fiction de Pierre AKNINE, mardi, suivie d’un débat dans l’émission « ce soir ou jamais » de Frédéric Taddéi. Le premier film défend la thèse « officielle » du suicide de Robert Boulin, le second celle d’un assassinat par les barbouzes du SAC, bras armé du parti gaulliste, sous la direction de Jacques FOCCART 1. J’avoue avoir été un peu estomaqué d’entendre sur une chaîne de télévision publique la mise en cause des plus hauts personnages de l’Etat de 1979, dont certains sont toujours en vie aujourd’hui, PASQUA et CHIRAC en particulier. Logiquement, il devrait y avoir des procès en diffamation sous peu ! Ou alors, c’est que les héritiers UMP du RPR chiraquien, trop occupés désormais à réciter le rosaire avec les catholiques intégristes contre le diable homosexuel, ont définitivement abjuré le gaullisme, malgré le discours ridicule de Guaino , qui voudrait singer André Malraux de peur qu’on le prenne pour Christine Boutin… La presse de droite vient déjà d’allumer des contre-feux, comme Le Point qui rappelle les suicides de François de Grossouvre et de Pierre Bérégovoy, pour démontrer qu’on a bien le droit de se suicider à droite puisque ça arrive aussi à des gens très bien à gauche !

J’ai toujours été sceptique, pour ma part, devant les soupçons d’assassinat lancés par la famille de Robert BOULIN depuis plus de 30 ans. Pourquoi s’embarrasser d’un meurtre quand on peut liquider un homme politique par une bonne campagne de presse diffamatoire ? Mais on comprend ses enfants : il faut réhabiliter la mémoire paternelle salie par un « petit juge rouge » du nom de Van Ruymbeke (eh oui ! déjà tout petit, il faisait chier le monde !) Car Boulin a incontestablement trempé dans une escroquerie dont il a bénéficié, même s’il a été manipulé par son peu scrupuleux ami TOURNET, ancien associé en affaires de Foccart pendant la guerre et résistant douteux. Il est probable que Boulin n’a jamais payé le terrain de sa résidence secondaire à Ramatuelle , vendu trois fois par l’escroc. Boulin était aux abois, d’autant que le juge venait de faire saisir les comptes bancaires privés du ministre, à la BNP de Libourne, où apparaissait un étrange versement en liquide de 40 000 FF2, quelques jours après la transaction, correspondant curieusement au prix d’achat du terrain.

Il n’en reste pas moins que certaines incohérences du dossier Boulin sont troublantes :

  • Comment se fait-il que la mort de Boulin ait été connue dès 2 heures du matin (on réveille le Procureur de la République) et qu’officiellement le corps ait été retrouvé vers 9 heures dans l’un des étangs de Hollande (ça ne s’invente pas !) situés dans les bois de Rambouillet ? Que s’est-il passé pendant tout ce temps ? Pourquoi cette mise en scène ?
  • Comment se fait-il que les lividités cadavériques soient visibles sur le dos de la victime alors que le corps était censé reposer sur le ventre ?
  • Comment se fait-il que le visage soit tuméfié, le nez et l’os maxillaire supérieur fracturés, si Boulin, shooté au valium, s’est seulement effondré dans un étang de 50 cm de profondeur, et noyé ?
  • Comment se fait-il que le bas du pantalon et les chaussures du ministre qui a pénétré de 15 mètres à l’intérieur de l’étang avant d’y tomber et de s’y noyer, n’aient conservé aucune trace de vase ?
  • Comment se fait-il que des scellés – en particulier les tissus pulmonaires qui auraient pu démontrer qu’il s’était bien noyé – ont mystérieusement disparu ?

Tout cela donne une impression fâcheuse d’improvisation. Et le débat qui a suivi la projection du film m’a sidéré tout autant. Jean CHARBONNEL, ancien député et ministre corrézien, grand ponte de la secte disparue des « gaullistes de gauche », ami de Boulin, a repris la fameuse allégation déjà révélée par la fille d’Alexandre SANGUINETTI : celui-ci aurait donné les deux noms des assassins de Robert BOULIN. Mais tant qu’il n’y aura pas de juge d’instruction pour rouvrir la procédure, Charbonnel ne dira rien, d’autant qu’il ne dispose d’aucune preuve. Le problème est que Sanguinetti est mort, et qu’il était par ailleurs ami proche de Boulin et lié lui-même au SAC : son témoignage est donc sujet à caution. Pour le moins…

Bref, je n’ai pas changé d’opinion3 : il s’est passé quelque chose au moment de la mort de BOULIN, dont le corps a probablement été déplacé. Pourquoi, comment, c’est une autre question : est-ce une négociation qui a mal tourné (je te rends mes dossiers sur le financement occulte du parti gaulliste, et tu me fous la paix avec l’affaire de Ramatuelle) ? Tout est possible avec les barbouzes gaullistes. J’ai moi-même le souvenir cuisant des méthodes de ces gens-là : en 1968, ils m’avaient fracassé le crâne à la suite d’une attaque de commando dans la faculté des Lettres « occupée », et j’avais dû changer de logement pour échapper à d’autres adeptes de la barre de fer. Mais hier soir, ce qui m’a scotché, c’est la déclaration de Charbonnel, l’œil pétillant malgré ses 85 ans : « à l’époque gaulliste le SAC était indispensable contre la gauche ou les partisans de l’OAS, après il a dérivé ! »  C’est dire que les polices parallèles et leurs combines barbouzardes sont utiles quand on a le pouvoir, et qu’elles deviennent détestables dès qu’on ne l’a plus. Voilà la morale de la droite. On comprend qu’elle fasse de la dépression nerveuse dès qu’elle se retrouve dans l’opposition ! Et ne me répliquez pas « tous pareils, tous pourris » : les socialos n’ont jamais été assez longtemps au pouvoir pour se payer le luxe d’embaucher à leur service des policiers corrompus ou des malfrats reconvertis ! On laissera de côté, pour l’instant, avec le problème grave du sexe des anges, la question de savoir si la gauche a une moralité supérieure à celle de la droite…

______________________________________________________________

1. On voit aussi apparaître Achille PERETTI, un des 3 fondateurs du SAC avec Pasqua et Foccart, ancien maire de Neuilly, et parrain politique de Nicolas Sarkozy qui lui succéda à la mairie. On connaît la suite…

2. La famille BOULIN a prétendu par la suite que les 40 000 FF provenaient d’un « don manuel » de la grand-mère BOULIN. Comme tout le monde est mort, personne ne les contredira…

3.  Si Boulin avait été assassiné, comment expliquer que ses archives soient restées 3 semaines sous clé dans sa permanence à LIBOURNE, jusqu’à ce qu’elles soient détruites par son assistant parlementaire, après qu’elles eurent été transportées à la déchèterie par des membres du SAC ? Il restait des lettres accusant le RPR dans ces archives… Comment peut-on croire que des assassins n’auraient pas fait le ménage avant, s’ils avaient pris soin de rédiger des faux pour faire croire à un suicide ? Lire l’interview de son assistant Bernard Fonfrède dans SUD-OUEST

La fille aînée de l’Eglise fait le trottoir

131121525915204« France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » avait lancé Jean-Paul II ,  sermonnant les citoyens français , lors de son voyage chez nous en 1980. Il reprenait ainsi une légénde1 forgée au XIX° siècle2 qui veut que la France ait été, avec le baptême de Clovis en 498, le premier pays converti au christianisme. Voici ce qu’en disait la fameuse Loi Salique, fondement de la monarchie française, qui ne faisait pas dans la demi-mesure : « L’illustre nation des Francs qui a Dieu pour fondateur, puissante par les armes, constante dans la paix, profonde dans sa réflexion, corporellement noble, d’une pureté sans tache, d’une prestance sans pareille, intrépide, rapide, intraitable, récemment convertie à la foi catholique, indemne d’hérésie au temps où elle vivait à la manière des Barbares, sous l’inspiration de Dieu, a cherché la clé de la Sagesse, en désirant la justice et en restant fidèle à la piété.”  C’est pourquoi la papauté a toujours entretenu des liens privilégiés avec les Rois de France, surnommés “fils aînés de l’Eglise”. C’est aussi pourquoi l’Eglise Catholique a été royaliste et antirépublicaine jusqu’au début du XX° siècle, quand elle a compris que les lois laïques ne lui permettaient plus d’espérer ni restauration monarchique, ni retour au Concordat napoléonien. C’est encore pourquoi l’Eglise a soutenu jusqu’au bout le régime de Vichy qui avait tordu le cou à “la gueuse”.

Pardonnez ce long préambule historique. Mais je suis convaincu que l’épiscopat actuel, dirigé par des évêques réactionnaires, tous nommés par Jean-Paul II ou son successeur, tout aussi conservateur, a délibérément rouvert la querelle laïque : ils ont saisi le prétexte de la loi sur le “mariage pour tous”, et ont choisi délibérément de “rouler pour la droite”. J’avais déjà écrit il y a trois mois que le courant catholique du PS soufflait à la droite la stratégie politique à suivre pour se refaire une santé : en mystifiant tout le monde avec le thème de la prétendue “protection des enfants”, le lobby catholique a monté une remarquable opération, comme en témoignent les milliers de gens qui défilent en ce moment dans les rues de Paris. Ce que voudraient nous faire avaler l’Eglise et ses enfants de chœur, c’est que le dogme catholique est une donnée “naturelle” ! Toucher au mariage, ce serait abattre les murailles de la civilisation qui nous protège de la barbarie3. Qui, à votre avis, a déclaré : “l’Eglise, qui n’a vraiment pas de leçons à donner sur ce terrain, est devenue le seul think tank de la droite, imposant une vision millénariste et obsidionale de la famille et de la société, hystérisant le débat et racontant des histoires totalement irrationnelles, comme si c’était la fin du monde. » Réponse : Roselyne BACHELOT,ancienne ministre de droite, et – il faut lui rendre cette justice – unique soutien, déjà, de son parti à la loi sur le PACS.

Bref, la droite qui n’a rien appris de sa compromission avec les milieux intégristes dans l’opposition au PACS, se suicide à nouveau en servant de faire-valoir aux milieux les plus réactionnaires de l’Eglise catholique. Vous croyez que j’ai la berlue, et que je ne veux pas voir les milliers de manifestants dans les rues de Paris ? Absolument pas. Je persiste, et je signe. Cette manifestation est une victoire à la Pyrrhus. Copé a fait un coup politique en battant le rappel des courants les plus droitiers de son parti, comme l’avait fait en vain Sarkozy. Fillon a été obligé de s’aligner, même s’il a rechigné à défiler en invoquant des prétextes aussi hypocrites que ceux de l’archevêque de Paris. L’UMP est devenue un parti totalement opportuniste, sans aucune idée politique nouvelle. Ses responsables les plus lucides ne peuvent ignorer, malgré l’hypocrisie de circonstance qui consiste à se féliciter de la merde dans laquelle est le gouvernement, et à se pincer le nez à cause de l’odeur, qu’ils foncent droit dans le mur. Le “mariage pour tous” est un progrès des libertés individuelles et de l’égalité des droits. Et ce projet est inéluctable à notre époque. Même pour des gens de droite. C’est ce que démontre un projet de loi semblable déposé par le Parti Conservateur en Grande-Bretagne, et les lois déjà votées en Espagne et en Belgique, deux royaumes officiellement catholiques. Rendez-vous dans quelques années pour se couvrir la tête de cendres et entendre l’autocritique des dirigeants actuels de la droite : à propos du PACS, BOUTIN avait déjà brandi sa Bible à l’Assemblée, et annoncé la chute de Sodome et Gomorrhe ! Il y a aujourd’hui 90% des couples concernés qui sont tout bêtement hétérosexuels.

Il n’empêche que les socialistes ont été particulièrement indigents, eux aussi, dans leur stratégie politique. Il fallait évidemment faire voter le texte de loi dans la foulée de l’élection. Au mois de septembre encore, les sermons et les tracts dans les églises, après la messe du dimanche, avaient été perturbés par les vacances des familles bien pensantes à la mer ou à la montagne ! L’UMP, sonnée par sa déroute aux élections, ne savait pas quoi faire sur le sujet. La lutte à couteaux tirés pour prendre la direction du parti a fourni au plus opportuniste une occasion de coller à la base, plus proche de l’extrême-droite, et d’enterrer son rival définitivement. C’est ça, leur “défense de la civilisation”…

Bref, il aurait fallu laisser de côté la question de l’adoption et de la “Procréation médicalement assistée” (PMA), voire de la “Gestation pour Autrui” (GPA), pour une loi prochaine sur la question de la filiation4. C’est ce que viennent de faire les Socialistes. Bien trop tard ! Désormais, cela va étaler la polémique sur 6 mois supplémentaires. C’est tout ce que la nullité tactique de ses dirigeants, trop occupés à se partager les fauteuils et les maroquins, aura gagné par sa procrastination. Si en 1981, BADINTER, avait traîné les pieds ainsi pour l’abolition de la peine de mort, on trouverait encore des braves gens pour gueuler “à mort !” aux grilles des Palais de Justice comme à l’heureuse époque de ma jeunesse5 !

_____________________________________

Si vous voulez entendre le niveau des arguments des responsables de la manifestation, écoutez ça :

________________________________________________________ :

1. Le royaume d’Arménie avait fait du christianisme une religion d’Etat, au III° siècle, soit près de 2 siècles avant la France !

2. C’est le Cardinal Langénieux qui en 1896, à une époque où l’Eglise Catholique était toujours monarchiste et anti-républicaine, serait l’auteur de l’expression « fille aînée de l’Eglise », à l’occasion de la commémoration du supposé baptême de Clovis. C’est aussi à cette époque qu’a été instruit, des siècles après, le procès en canonisation de Jeanne d’Arc. Tiens ! Comme c’est curieux… Deux symboles des partis d’extrême-droite !

3. Je n’ai pas la place ici de développer cette évidence : l’organisation de la famille et de la filiation, contrairement à ce que prétendent l’Eglise et la Droite, n’a cessé d’évoluer au cours de l’histoire !

4. La question n’est toujours pas réglée pour les centaines de milliers de familles “recomposées” ou “homoparentales”, c’est à dire de familles où il n’y a pas nécessairement “1 papa + 1 maman”, comme le scandaient benoîtement les manifestants d’aujourd’hui.

5. Comme j’entends, de plus en plus souvent, que le mariage est une institution ringarde et ne représente pas un progrès social, je rappelle deux choses à mes amis qui seraient tentés de se défausser du problème un peu légèrement :

  • C’est une revendication légitime d’égalité des droits entre tous les citoyens : un couple d’homosexuels ne peut avoir aujourd’hui les mêmes droits qu’un couple hétérosexuel. La loi donne un droit nouveau aux premiers et ne retire rien aux seconds. C’est pourtant facile à comprendre, non ?
  • Personnellement, je me moque du mariage comme de ma première culotte, mais il garantit la sécurité sociale et une fiscalité équitable aux deux conjoints. Pas de quoi en faire un sacrement, encore moins une croisade !

Gay, Gay, marions-nous, la droite, on s’en fout !

“Gai, gai, marions nous” (Comptine de mariage.)

Et le désir s’accroît quand l’effet se recule”. (Corneille, Polyeucte)

Je ne sais si les socialistes vont finir par déposer, puis par voter le projet de loi qui autorise le mariage des couples homosexuels. Il faut croire que ça défrise encore un certain nombre de leurs électeurs, voire de leurs adhérents, si l’on en juge par leurs tergiversations.

DRÔLES DE CATHOS DE GAUCHE

poissonEn tout cas, c’est du courant “chrétien” du PS, les “poissons roses[1]” qu’est venue l’idée qui va permettre à la droite de mener la guerre contre ce projet de loi. Non contents de dénoncer toute forme “d’euthanasie” dans l’agonie des malades incurables, ils ont trouvé une hypocrisie digne de leurs maîtres, les Jésuites, pour refuser aux homosexuels les mêmes droits qu’aux autres citoyens : les enfants. La référence à la tribune libre de Paul THIBAUD, ancien directeur de la revue “ESPRIT”[2] est sans équivoque. Et pour ceux qui n’auraient pas compris, ils précisent : “il ne sert à rien de se presser sur les débats de société de type mariage gay ou euthanasie sous la pression de lobbies divers”

BIZARRE DEMOCRATIE CHRETIENNE

barbarinAprès le recul du gouvernement sur le droit de vote des étrangers, qui suppose une modification improbable de la constitution (majorité des 3/5 des députés et sénateurs), et prive la droite et l’extrême-droite de leur sujet de polémique préféré[3], on s’attendait à un déferlement de discours réactionnaires sur l’homosexualité. L’Eglise Catholique, par la voix du dénommé BARBARIN, cardinal et “primat des Gaules”, a ouvert la voie : “Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera ». On ne s’étonnera guère de ce genre d’invectives dans le sermon d’un prélat qui ne connaît rien de mieux, en matière sexuelle, que “l’immaculée conception ! Mais il y a plus grave, puisqu’il ajoute : « Pour nous, la première page de la Bible (qui dit que le mariage unit un homme et une femme) a un peu plus de force et de vérité qui traversera les cultures et les siècles que les décisions circonstancielles ou passagères d’un Parlement ». Voilà, tout est dit. On croirait entendre un frère musulman, toutes proportions gardées. Eux disent : “le Coran est la solution”; lui prétend que c’est “la Bible”. La constitution républicaine, la laïcité, la démocratie, tout ça à la trappe ! Si “la Bible est la solution”, ça promet de bien belles croisades pour demain… On comprend mieux les délires de la très démocrate-chrétienne Mme BOUTIN, qui avait déjà brandi la Bible à l’assemblée nationale pour conjurer “le Malin” lors du débat sur le PACS en 1998 : “Il est vraisemblable que si on accepte le mariage homosexuel, on serait amenés dans les années à venir à accepter la polygamie en France», a-t-elle assuré. Ne parlons pas du maire UMP du VIIIème arrondissement de PARIS (Champs-Elysées), un dénommé LEBEL qui prend à témoins dans le journal municipal ses électeurs  : Si le tabou (de l’homosexualité) tombe ”comment s’opposer demain à la polygamie en France, principe qui n’est tabou que dans la civilisation occidentale ? Pourquoi l’âge légal des mariés serait-il maintenu ? Et pourquoi interdire plus avant les mariages consanguins, la pédophilie, l’inceste qui sont encore monnaie courante dans le monde ? » Tout ça sent bon l’ordre moral et la xénophobie. On s’étonne que ce maire des beaux quartiers ait oublié de mettre en garde contre la zoophilie, vu le nombre de caniches au mètre carré dans le quartier !

LA DROITE PAS SI BÊTE

Mais la droite française n’est pas toujours “la plus bête du monde”, comme le prétendait Guy Mollet autrefois. Quand elle est incapable de rassembler ses divers courants[4], elle n’a qu’un mot d’ordre : l’opportunisme. Le député de la Drôme, Hervé MARITON qui dirige la propagande “contre le mariage homosexuel”, a vendu la mèche  “Les gens se disent : autoriser le mariage aux homosexuels ne me retire rien. En revanche, quand on regarde les conséquences sur l’adoption, quand on dit que les mots père et mère vont être retirés du code civil, ça remue plus de monde” (“Le Monde”, 23/10/2012) Tiens, comme c’est curieux, exactement les mêmes appâts que pour la pêche aux “poissons roses”. Pour ne pas passer aux yeux de leurs concitoyens pour d’indécrottables réactionnaires homophobes, on ne dira pas de mal des homosexuels. Ça n’empêchera pas leurs électeurs d’en penser pis que pendre. Mais du moins, les apparences seront sauves ! C’est d’ailleurs sur ce mot d’ordre “protégeons les enfants” qu’ont eu lieu hier les manifestations organisées par les associations proches des catholiques intégristes pour dénoncer le projet de loi sur le mariage gay. Même hypocrisie que pour l’avortement, leur autre cheval de bataille. Il ne sont pas contre, ils sont “pour la vie”. Bravo les Jésuites !bandeau

Non, décidément, TOUS sosbb-120CES GENS SONT A VOMIR.  La question est pourtant simple : êtes-vous prêt à accorder les mêmes droits à tous les citoyens ? Ou non ? Est-ce que ça vous défrise que des homosexuels aient les mêmes droits que vous qui ne l’êtes pas ? Et ne venez pas me saouler avec l’éducation des enfants : j’ai eu, pendant ma vie professionnelle, à m’occuper de tant d’enfants battus, abusés, voire mal aimés parce qu’ils n’avaient pas été désirés, qu’on ne me fera jamais croire que le mariage traditionnel, bien souvent religieux, soit préférable à l’union libre ou au mariage entre deux personnes de même sexe. Vous l’avez compris, je ne suis pas un partisan inconditionnel des liens conjugaux, même si j’ai fini par y céder “après avoir longtemps vécu dans le péché”. Mais quand les pisse-vinaigres voudraient imposer leur morale, et refuser des droits élémentaires à certains de mes concitoyens, qu’ils soient mes amis ou non, je me dis qu’il y a des coups de pied au cul qui se perdent !

P.S.  MUSIQUE, MAESTRO !

 Tire la langue Pour faire bisquer l’UMP, les cathos de gauche et les calotins de droite, je vous ai ajouté la partition de la comptine “Gai, Gai, marions-nous”. En polyphonie, siouplaît !

 

Gai, gai, mari-ons nous
Mettons nous donc en ménage


Gai, gai, mari-ons nous
Mettons nous la corde au cou !

___________________________________________

[1] Je suppose que le nom – ridicule en Français – de ce courant est une allusion au mot grec ἰχθύς, signe de reconnaissance des premiers chrétiens. Outre divers symboles, le mot est un acronyme pour “Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur”. Néanmoins, leur manifeste ne se réclame jamais ouvertement du christianisme, et prétend discuter avec tout le monde.

[2] la revue a été fondée dans les années 1932 par le philosophe Emmanuel MOUNIER, dont le “personnalisme” est une référence dans les courants catholiques progressistes. Paul THIBAUD a succédé à Jean-Marie DOMENACH entre 1977 et 1989 à la direction de cette revue, dont le rédacteur en chef est aujourd’hui Olivier MONGIN.

[3]  L’UMP a lancé mi-septembre une pétition contre le droit de vote des étrangers, qui totalise 186.778 signataires à ce jour. C’est, tout compte fait, assez peu…

[4] On sait que l’historien René REMOND distinguait  trois courants : “légitimiste, orléaniste et bonapartiste”. les dissensions actuelles à l’UMP donnent une nouvelle actualité à cette analyse (droite proche du FN avec Copé, droite libérale du nouveau parti centriste de Borloo, droite gaulliste – ou ce qu’il en reste – avec Fillon)