Archives de Tag: impôts

LE MATIN DU GRAND SOIR…

Je ne suis pas sûr que ce soit le programme de la droite libérale… et pourtant !

Je ne sais si vous vous rappelez précisément où se situe l’île de Chypre, dans cette région méditerranéenne qu’on appelait naguère « l’Asie Mineure ». Je ne sais si  vous savez que la Grande-Bretagne y a conservé, depuis l’indépendance (1960), deux enclaves qui sont restées colonie britannique avec plus de 4000 soldats sur 10% du territoire ; que depuis 1974, après un coup d’état fomenté par les colonels grecs qui souhaitaient annexer l’île, l’armée turque a envahi 40% du territoire, y amenant sa soldatesque et 120 000 immigrants d’Anatolie, pour une population totale de 1 200 000 habitants. Cette survivance de la lutte séculaire entre la Grèce et l’Empire Ottoman a provoqué de fait la partition du pays de chaque côté d’une « ligne verte ». Dans ces conditions, comment expliquer que ce fantôme de république ait pu accéder à l’Union Européenne en 2004, puis que cet ectoplasme ait adopté l’Euro en 2008, après de vaines tentatives de réunification par l’ONU  ? La réponse est d’une simplicité biblique : les Européens ont fermé les yeux. La Grèce menaçait d’opposer son véto à « l’élargissement de l’Union Européenne » : 9 anciens pays communistes de l’Est devaient adhérer en même temps que Chypre en 2004…

Flag_of_Cyprus_(2006).svg110px-Flag_of_the_Turkish_Republic_of_Northern_Cyprus.svgFlag_of_the_United_Kingdom.svg

Depuis, l’île paralysée par cet apartheid entre Grecs et Turcs, n’a dû sa survie qu’à ses combines de paradis fiscal, permettant le blanchiment de l’argent sale de mafieux de tous pays, particulièrement russes, et le libre accès aux circuits financiers européens, sans autre forme de procès. C’est ainsi que les banques chypriotes se sont retrouvées avec des dépôts représentant 8 fois la valeur du PIB de l’île ! Et quand est survenue la crise bancaire, que les obligations grecques ont plombé toutes les banques européennes, celles de Chypre étroitement liées à celles de Grèce et de Grande-Bretagne, se sont retrouvées avec des montagnes de papier sans valeur, et l’Etat tout entier au bord de la faillite.

Que faire ? La commission européenne, avec son efficacité déjà maintes fois éprouvée, n’a cessé de renvoyer la solution aux calendes grecques. Mais il a bien fallu trancher. Une seule alternative : soit prêter à l’Etat fantoche 10 milliards d’euros (il en demandait 17), sous l’égide de la commission européenne, du FMI et des gouvernements de l’union monétaire, et exiger des impôts nouveaux et des coupes sombres dans le budget pour sauver les banques ; soit expulser Chypre de l’union monétaire européenne, revenir à la livre chypriote, laisser les banques faire faillite, et dévaluer la monnaie de moitié, au moins. Dans les deux cas, la crise monétaire pointe à nouveau son nez en Europe. Mais dans le premier cas, les apparences sont sauves : mieux, la morale est préservée, puisque, sans doute sous l’influence du gouvernement allemand qui prétend punir la fraude fiscale, on a décidé d’imposer une taxation de tous les comptes bancaires (de 6.75 à 9.9%), administrant la saignée aux pauvres comme aux riches1.

J’imagine quels hurlements on aurait entendus de ces braves gens si un gouvernement de « partageux », un gouvernement socialiste par exemple, avait proposé une telle mesure ! Ce qui est vertu à droite est un vice à gauche, c’est bien connu. J’ai écouté attentivement hier radios et télévisions : pas un mot de protestation, pas même un soupir d’inquiétude, mis à part les habituels anti-européens (Lepénistes et communistes mélenchoniens). Depuis ce matin, les seuls à s’émouvoir sont les boursicoteurs : où va-t-on si demain un gouvernement peut taper dans la caisse et piquer sans vergogne les éconocroques des petits épargnants ? Depuis 48 heures, les députés chypriotes, pas suicidaires, se font tirer l’oreille avant de voter un tel « plan d’austérité », même si pour les petits portefeuilles, c’est moins douloureux qu’une baisse de 15% des salaires et des retraites. Ensuite, il va falloir faire voter aussi les députés des pays créditeurs : il n’est pas certain que ces messieurs du Bundestag vont avaler cette nouvelle potion du Dr Angela à quelques mois des élections allemandes…

En tout cas, si ça tourne mal en définitive, en ce matin du grand soir, je prends bonne note que des gouvernements de droite, quand il s’agit de sauver leur politique désastreuse en Europe, n’ont pas hésité à exiger la casse de la tirelire des petites gens pour garantir la spéculation éhontée des banques dans un paradis fiscal, clandestinement toléré dans une île européenne ! Ça pourra toujours servir de précédent, si un jour, il prenait l’envie à quelque gauchiste de faire vraiment payer les riches, autrement qu’en chansons !

_______________________________________________________________________________

[1] Le ministre des Finances britannique a déjà annoncé depuis hier que le Gouvernement de sa Gracieuse Majesté rembourserait les braves fonctionnaires et pioupious qui avaient déposé leurs livres sterling dans les banques chypriotes. Ça lui coûtera moins cher que de mettre la main à la poche pour renflouer les finances de l’Etat chypriote !

Publicités

Les crétins ont le vent en poupe !

clip_image002

Ça fait des semaines que je n’ai plus envie d’écrire quoi que ce soit. La bêtise et la méchanceté, l’individualisme féroce, tous ces signes évidents du triomphe de la réaction me navrent. Il y a déjà longtemps que je me suis aperçu que les jeunes générations, qui ne croient plus en l’avenir – « No Future », gueulaient déjà les Punks en s’enfilant des piercing dans le nombril – ont renoncé à changer le monde, et ont résolu de s’accommoder de sa pourriture, tant que ce sont les voisins qui sont dans la merde. C’est devenu une lubie de vieux que de trouver que ça ne sent pas bon, de toute façon.

clip_image004

Il faut dire que l’exemple vient de haut : quand ce ne sont pas les patrons du Cac 40 qui vont planquer leur fric à l’étranger, c’est un DEPARDIEU qui, sentant qu’il ne fera pas de vieux os avec la vie de bâton de chaise qu’il mène, met son patrimoine à l’abri de l’impôt sur la fortune et surtout des droits d’héritage. Voilà un type dont la fortune a grossi jusqu’à l’obésité (120 millions d’euros d’après les estimations) qui se torche avec le drapeau français dont il nous rebattait les oreilles quand il faisait campagne pour le petit Sarkozy, qui nous pisse dessus comme un aristocrate d’ancien régime sur le tiers-Etat. Comme si le talent du comédien pouvait excuser la goujaterie du pochetron. Et toute la clique des courtisans qui cherchent à se placer, des affairistes qui redoutent plus un contrôle fiscal qu’une fin de mois difficile, des escrocs qui comme lui ont touché des commissions pour servir de porte-coton à des tyrans [1], tout ce petit monde hurle à « l’impôt confiscatoire » ! Et je ne parle pas des politiciens de droite et d’extrême-droite qui sont naturellement toujours du côté du pognon.

Il faut dire que l’exemple vient de loin. Aux USA, un schizophrène de 20 ans, après avoir tué sa propre mère, a fait un carton au fusil d’assaut sur des gosses de CP. 26 victimes, outre l’assassin lui-même qui s’est tiré une rafale dans le buffet. N’importe quelle personne sensée en déduirait qu’il faut interdire les armes à feu, ou tout au moins en règlementer l’usage. Une fois encore, ce sont les crétins qui font la loi : Les GOA (Gun Owners of America) et la NRA (National Rifle Association) répliquent qu’il faut désormais armer les institutrices pour qu’elles aient, elles aussi, la faculté de tirer dans le tas. Mieux : une pétition [2] a été déposée sur le site Internet de la Maison Blanche pour faire expulser un journaliste de CNN qui a le tort d’avoir la nationalité britannique et de considérer que le fameux « second amendement » de la constitution sur le port d’arme, est un archaïsme débile. En quelques jours, elle a recueilli plus de 60 000 signatures ! Et je ne parle pas des politiciens de droite et d’extrême-droite, au parti républicain, qui sont naturellement toujours du côté du flingue.

clip_image006

Il faut dire que l’exemple vient de bien bas. Depuis des mois, malgré la constitution française qui proclame l’égalité des droits entre tous les citoyens, les catholiques, les curés, les évêques et le pape lui-même appellent à manifester contre le projet de loi instaurant le « mariage pour tous ». Autrement dit, ils encouragent à dénoncer, comme au bon vieux temps, l’homosexualité qui refuse de se cacher dans ses confessionnaux. Mieux : l’Eglise catholique, non contente de ne voir plus dans ses rangs que des intégristes proches des fascistes, organise et finance la manifestation nationale de janvier contre la loi, comme un vulgaire lobby politique, comme si la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat était lettre morte. Pourquoi ne pas rétablir le Concordat, comme en Alsace-Lorraine, tant qu’on y est ? Les curés monteront en chaire à la messe du dimanche pour dire quel bulletin de vote glisser dans l’urne. Comme ça, on n’aura rien à envier à l’Egypte avec le gouvernement des Frères Musulmans et sa nouvelle constitution fondée sur la Charia ! Et je ne parle pas des politiciens de droite et d’extrême-droite qui sont naturellement toujours du côté du goupillon.

J’ai lu l’autre jour que l’entreprise qui fabriquait les « lapins crétins » avait déposé son bilan. Est-ce de bon augure pour 2013 ?

clip_image008clip_image010

© “Le cri”, Edvard Munch


[1] Depardieu a soutenu, outre SARKOZY, CHIRAC, MITTERRAND, les dictateurs KADYROV en Tchétchénie, CASTRO à Cuba, POUTINE en Russie, NAZARBAÏEV au Kazakhstan, tout comme il avait copiné (ainsi que DENEUVE) avec l’escroc algérien KHALIFA – aujourd’hui incarcéré en Grande-Bretagne – contre quelques liasses de billets.

[2]Tout citoyen américain peut lancer une pétition sur le site de la Maison Blanche. Si le texte recueille plus de 25 000 signatures en 30 jours, il est examiné par l’administration américaine.

Les patrons nous prennent pour des cons

A PROPOS DE PIGEONS, 1768492_3_7694_les-pigeons-mouvement-de-defense-des_7ed9eb260ebfb90238e927a0b0af9883TROIS QUESTIONS…

Les impôts grimpent et la cote de popularité du président dégringole, c’est logique. Mais j’ai du mal à comprendre comment les Français peuvent être assez naïfs pour avaler les balivernes qui leur sont débitées sur Internet ou à la télévision, et le gouvernement pour fuir systématiquement devant les cris d’orfraie de la droite et du Medef réunis.

Première question : qui nous a laissé une situation catastrophique il y a moins de six mois ? La droite, au pouvoir depuis 10 ans (une décennie !) et qui va, battant les estrades des studios de télévision, pour dénoncer le déficit budgétaire, le chômage, les licenciements, les taxes – j’en passe et des meilleures – vilipender le gouvernement, la gauche, les immigrés, les pauvres, les malades, – j’en oublie certainement. C’est comme si les voleurs venaient protester auprès de leurs victimes que leur portefeuille soit vide, en se plaignant de tromperie sur la marchandise !

Deuxième question : qui sont ces “pigeons”, nouveaux poujadistes qui prennent la tête d’une croisade contre le fisc ? Des patrons qui “créent de la richesse” ? Pour leurs poches qui ne sont jamais trop grandes, certainement… Le créateur de Meetic, l’une des têtes de file du mouvement, a déjà vendu son entreprise, a empoché les gains, et les a réinvestis ailleurs. Il n’est donc pas concerné. De toute façon, il n’aurait pas été touché par l’alignement de la fiscalité du capital sur celle du revenu, compte tenu de la durée de détention de l’entreprise et du réinvestissement de ses bénéfices. Parmi les protestataires, on ne trouve que des entreprises “virtuelles” installées sur Internet, dont un certain nombre se sont déjà exilées aux USA pour échapper à la fiscalité française. Des bons citoyens, on vous dit, soucieux de l’intérêt général !

Troisième question : personne n’aime payer des impôts, moi non plus. Je me souviens de mon beau-père, un homme de droite pur et dur – eh oui ! On ne choisit pas toujours sa famille ! – qui disait toujours à ses enfants : “je vous souhaite de payer beaucoup d’impôts ! ça voudra dire qu’il vous en restera encore bien plus pour bien vivre !” A moi, il ne disait jamais rien de semblable, parce qu’il savait que j’étais un affreux gauchiste, et qu’il ne fallait pas trop flatter mon penchant naturel à vouloir couper des têtes… Mais au moins, pur produit de l’ascension sociale de l’école républicaine, il avait la reconnaissance du ventre, et payait ses impôts avec une scrupuleuse honnêteté. La droite patronale d’aujourd’hui, la “droite décomplexée” comme dit COPE, n’a plus ces scrupules. Elle affiche sa richesse avec une insolence insultante pour les miséreux. Elle a les idoles qu’elle mérite. Savez-vous que TAPIE a récupéré 285 millions d’euros de l’Etat, à la suite de la mascarade d’un tribunal privé d’arbitrage, créé par SARKOZY et sa ministre LAGARDE, actuelle directrice du FMI1 ? Vous savez évidemment combien ça représente, 285 millions d’euros : PLUS DE 16000 ANS DE SALAIRE AU SMIC ! Et encore, j’ai calculé par rapport au salaire brut, pas au salaire net ! Dans ces conditions, rien d’étonnant à ce que ce monsieur, autrefois coqueluche de certains hommes “de gauche”, ait pu s’offrir un nouveau yacht de 40 millions d’euros, excusez du peu…

Qu’on arrête de nous emmerder avec le blues de ces braves libéraux qui ne supportent pas de payer des impôts comme des citoyens ordinaires, tant ils ont été habitués à ce qu’on leur construise des “niches” qui les gardent à l’abri des mauvais jours. L’indécence a des limites. Et quand M. Bernard ARNAULT, ancien exilé fiscal2 aux USA dans les années 81, quand ce monsieur demande à s’exiler en Belgique pour que ses enfants puissent hériter de son immense fortune sans payer d’impôts, ou quasi, il faut arrêter de déconner : qu’est-ce qui justifie qu’un patron gagne des  sommes telles qu’il est impossible de les dépenser tant elles sont monstrueuses, que ce soit en une ou plusieurs générations ? Qu’est-ce qui justifie qu’on encourage une économie de rentiers comme si c’était un “impératif catégorique” ? On peut même être de droite et avoir suffisamment de bon sens pour penser qu’il y a des limites à la goinfrerie !

_________________________________________

(1) C’est à STRAUSS-KAHN, ministre des Finances de JOSPIN, qu’on doit la décision de  porter l’Etat garant des dettes du Crédit Lyonnais, au moment de sa privatisation : c’est ainsi que les contribuables ont engraissé TAPIE !

(2) Il doit pourtant sa fortune au gouvernement socialiste de FABIUS qui lui a vendu les lambeaux du groupe BOUSSAC pour une bouchée de pain. Aujourd’hui cette fortune se monte à 41 MILLIARDS d’euros selon Forbes !

Arrêtez de me faire rire !

Café de la paixJe viens de déjeuner au “Café de la Paix”. C’est une brasserie admirable qui servait autrefois de cantine à Georges Simenon. Entre les miroirs, au-dessus des banquettes en moleskine, sous les plafonds peints de fresques du XIXème siècle, on voit aussi des photos de vieux acteurs de cinéma, Lino Ventura et Bourvil entre autres, en train de savourer le plat du jour. Personne n’y parle des élections, mais pour une fois, j’ai fait la grimace au “garçon” qui me demandait “si ça allait”. L’entrecôte ne passait pas ! Il m’a répondu en souriant qu’il en parlerait au “chef”, et m’a assuré que ce n’était pas du bœuf halal… Mazette! J’eusse préféré que la vache fût halal ou casher, mon cher, et qu’elle ne m’obligeât pas à mastiquer comme un fou furieux tandis que mes légumes refroidissaient !

1602-BURKI-SarkozyQuand on y pense… On est en pleine crise économique, avec une dette astronomique, des usines qui ferment chaque jour, des citoyens étranglés par le coût de la vie… Et la droite et l’extrême-droite s’engueulent pour savoir si les vaches à l’abattoir doivent être assommées avant d’être égorgées ou l’inverse ! Ces mecs-là sont tarés ! Même Fillon, le bon catholique, s’y met aussi, au point de susciter les protestations de leurs plus fervents soutiens, l’excellent R. PRASQUIER président du CRIF (juif) et l’éminent M. MOUSSAOUI président du CFCM (musulman). Décidément, Sarkozy a perdu la main ! A force de le voir sortir n’importe quels trucs de son chapeau, Hollande n’aura plus besoin de faire campagne : il lui suffira de compter les points !

Puisqu’il est question de mesures démagogiques, le coup du taux marginal hollande_civitasd’imposition à 75%, inventé par HOLLANDE, n’est pas mal non plus. Sauf que ça ne mange pas de pain. Et que ça ne rapportera que des clopinettes. Mais à entendre les cris d’orfraie poussés par le chœur des vierges de la droite, ça ne peut pas me faire de peine ! “Matraquage fiscal”, “Confiscation”, “bolchévisme”, j’en passe et des meilleures. Après l’UMP et le Medef, ce sont les footballeurs qui jouent les pleureuses ! Ils ne doutent de rien : j’ai calculé que le dénommé Ribéry, dont le quotient intellectuel n’est pas la qualité première, gagnait en 2 heures (la durée d’un match à peu de choses près) autant qu’un professeur agrégé en un mois ! Savez-vous que, d’après une étude de la commission des finances du Sénat (pas des bolcheviks !), grâce aux niches fiscales diverses et variées, le taux moyen d’imposition des 3523 contribuables français les plus riches (touchant plus de 1,221 million d’euros) est de 17,5% ! Ils sont saignés à blanc, comme on peut voir…

On lira sur MyEurop.info, une étude comparative de l’imposition des millionnaires en Europe. Pour l’instant, c’est en FRANCE qu’on leur demande le moins. Ils ne sont pas près de s’exiler ailleurs, quoi qu’ils en disent !

taux-impot-moyen

Mieux vaut être riche et en bonne santé…

ISF….que pauvre et malade ! Ce proverbe parodique se vérifie tous les jours avec notre gouvernement. La réforme annoncée de l’impôt sur la fortune va encore faire beaucoup d’heureux : à part quelques malheureux qui vont payer quelques misérables biffetons de plus qu’avant (500€), tous les autres se retrouvent soit exonérés, soit singulièrement épargnés ! On dit merci qui ?

On suppose que les conseillers fiscaux vont devoir garder tout leur flair pour aller à la chasse aux niches fiscales. Imaginez l’horreur : vous avez 3 petits millions d’euros de patrimoine… Pas grand chose quoi. Pour 1 euro de dépassement (un, one, eins, uno…), vous doublez votre impôt. Pour 1 euro, 7500 euros supplémentaires ! C’est à la Française des Jeux et pas à Bercy que les Inspecteurs des Finances apprennent désormais leur métier.

Evidemment, si vous planez au-dessus de 200 millions, avec la baisse du taux d’imposition, l’Etat sarkozyste va vous faire une petite ristourne de plus de 2,5 millions ! Là c’est le Jackpot ! Question à 100 balles : combien Mme BETTENCOURT va-t-elle gagner cette fois dans l’opération ? Etait-ce vraiment la peine de supprimer le “bouclier fiscal” ?

Ah la vache, rendez-nous Eric Woerth !

N.B. le tableau ci-dessus vient de “La Tribune”, journal financier connu et respecté dans le XVIème arrondissement et à Neuilly-Auteuil-Passy.