Archives de Tag: Israël

Israël tombe à l’extrême-droite !

BibermanQuelques jours avant de venir à PARIS en visite officielle, Benjamin NETANYAOU, premier ministre israélien et chef du Likoud, vient d’annoncer que son parti ferait “liste commune” avec Israël Beytenou (“Israël notre maison”), le parti d’Avigdor LIEBERMAN, autrefois videur de boîte de nuit Moldave, aujourd’hui ministre des Affaires Etrangères israélien du gouvernement de coalition de droite et d’extrême-droite. Les bonnes âmes diront que c’est la faute à la proportionnelle intégrale qui fait des petits partis les arbitres de la majorité  et favorise l’instabilité gouvernementale. Mais moi qui ai mauvais esprit, je ne peux m’empêcher de penser avec tristesse que c’est comme si, hier, lors de leur face-à-face sur France2, FILLON et COPE avaient annoncé leur intention de signer un pacte électoral de désistement réciproque avec le Front National. Ce dont ils se sont évidemment gardés comme de la peste (brune) !

C’est sûr qu’on aurait entendu brailler Richard PRASQUIER, le président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France). Mais là, c’est en Israël que ça se passe, où, prétendument, le fascisme ne peut exister ! Le premier ministre, surnommé Bibi, viendra le 1er novembre à TOULOUSE pour donner son opinion sur l’assassinat raciste, commis par un illuminé (Mohamed MERAH) de trois enfants et d’un professeur juifs dans une école confessionnelle. Le CRIF, qui apparaît désormais comme un simple lobby de soutien à la droite israélienne, approuve à l’avance toutes ses déclarations, comme en témoigne la réaction de la présidente du CRIF de Toulouse. Et on lit ce commentaire étrange sur le site Internet : “Comme le peuple auquel elle appartient, Nicole Yardéni considère que l’instabilité qui agite le monde arabo-musulman depuis les soulèvements populaires du printemps 2011 a probablement contribué à la dispersion de l’idéologie de l’islamisme terroriste dans les démocraties occidentales.” Je ne doute pas qu’il s’agisse d’une maladresse de rédaction, mais enfin, chère Madame, vous appartenez au peuple français qui, jusqu’à présent, n’a jamais condamné ce qu’on a appelé communément “le printemps arabe”, même s’il fait nettement moins beau pendant l’automne qui lui succède… Il serait temps que vous réfléchissiez au soutien inconditionnel que vous n’accordez qu’à la droite israélienne, même à un LIEBERMAN dont le programme, copie de celui du FN français, proposait en 2009 de retirer leur nationalité aux arabes israéliens (20% de la population) et de réserver les prestations sociales aux juifs israéliens. Il avait par ailleurs déclaré, comme s’en inquiétait Le Figaro, journal où la droite française a pourtant pignon sur rue: «Je suis en faveur de la démocratie, mais quand il y a une contradiction entre la démocratie et les valeurs juives, les valeurs juives et sionistes sont plus importantes.»

Navré, chère Madame, vous menez la communauté juive française dans le mur. L’antisémitisme des islamistes n’excuse pas le reniement de nos valeurs démocratiques communes. Du moins en France, dans notre république laïque.

Le Shin Beth israélien fait-il la loi en France ?

A0-577Quelque 1.200 militants européens avaient envisagé de se rendre en Cisjordanie à partir du dimanche 15 avril pour participer à la construction d’une école internationale à Bethléem. Ils souhaitaient pouvoir « de nouveau contester la politique israélienne d’isolement de la Cisjordanie ». Pour bloquer comme les années passées cette manifestation intitulée “Bienvenue en Palestine”, le gouvernement israélien a interdit l’accès de l’aéroport de TEL AVIV à tous ceux qui voulaient se rendre à Bethléem. Certains ont été arrêtés (une cinquantaine) et sont en voie d’expulsion. “Charbonnier est maître chez soi”, comme dit le proverbe. Rien à dire, même si on peut s’étonner de mesures policières indignes d’une démocratie. Il faut rappeler en effet qu’il n’y a pas d’aéroport en Cisjordanie, et que le projet d’en construire un près de Jéricho n’a pas reçu l’autorisation du gouvernement israélien; il est donc obligatoire de passer par TEL AVIV pour accéder en Cisjordanie.

Mais il y a beaucoup plus que ça. Beaucoup de passagers, qui  disposaient pourtant de passeports en règle et avaient payé leur billet à AIR FRANCE, ont été refusés à l’embarquement. Le personnel, très embarrassé, leur a avoué qu’ils figuraient sur une “liste noire” transmise par les services secrets israéliens (Shin Beth), liste confirmée par la police française ! La compagnie française était sous la menace d’une amende si elle débarquait à TEL AVIV ces passagers considérés comme “provocateurs” par le gouvernement israélien sous prétexte qu’ils défendent les droits des Palestiniens.

Et ce n’est pas fini : comme les services de police, qu’ils soient israéliens ou français, risquent de laisser passer quelques “indésirables”, les “Autorités Israéliennes” ont transmis à la compagnie AIR FRANCE un questionnaire obligatoire pour tous ses passagers à destination de TEL AVIV. Deux questions : “1. Avez-vous un passeport israélien ? 2. Êtes-vous de confession juive ?” La réponse NON aux deux questions entraîne automatiquement un refus d’embarquer sur les avions d’AIR FRANCE ! Ça promet si les hôtesses de l’air sont désormais habilitées en France – Etat laïque, faut-il le rappeler – à exiger de connaître votre religion !Clipboard0110

Le plus drôle – si j’ose dire – dans cette histoire est qu’un diplomate français, nommé au consulat français de Jérusalem à partir du mois de juillet, et qui voulait s’y rendre pour chercher un appartement avec son épouse, a été “interdit de vol” lui aussi, selon le quotidien israélien “Haaretz”. Pourtant il avait pris soin de passer par la compagnie LUFTHANSA. Mais il faut croire que le Ministère Français des Affaires Etrangères n’avait pas indiqué la bonne religion sur ses lettres de créance …

Israël contre les “droits-de-l’hommistes”

Les Israéliens peuvent-ils eux aussi avoir leurs fascistespg-20-Lieberman-EPA_150179t ? Si l’on écoute le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France), devenu depuis quelques années un simple lobby qui récuse par principe toute critique du gouvernement israélien, c’est impossible ! Et pourtant, il faut être atteint d’une myopie politique incurable pour ne pas voir qu’Israël Beytenou (ישראל ביתנו, c’est-à-dire « Israël notre Maison »), parti politique fondé par Avigdor LIEBERMAN, juif né en Union Soviétique et  émigré en 1978, actuel ministre des Affaires Etrangères et n° 2 du gouvernement, serait traité de parti d’extrême-droite dans n’importe quel autre pays démocratique ! Or ce parti a obtenu 12% des voix et 15 sièges à la Knesset en 2009, devenant ainsi le 3° parti politique israélien, derrière le Likoud du premier ministre Netanyaou et Kadima (opposition centriste), mais devant le parti travailliste… Lieberman, qui a déjà participé a de précédents gouvernements, avant d’en démissionner opportunément pour préserver une virginité politique commode, s’est rendu célèbre par ses diatribes contre les arabes israéliens à qui il voudrait retirer leur nationalité tant qu’ils n’auront pas signé un serment d’allégeance à l’Etat d’Israël ! Mais sa dernière trouvaille a provoqué des commentaires indignés de Tzipi Livni (Kadima), leader de l’opposition, qui parle de “vent mauvais”, tandis que plusieurs éditos de la presse israélienne parlent d’un “climat de Maccarthysme”. Alors que les colonies s’étendent à Jérusalem-est, Lieberman a qualifié de “terroristes ceux qui s’y opposent. Et comme si ça n’était pas assez convaincant, il a entraîné toute la droite derrière lui pour exiger une commission d’enquête contre les ONG de défense des droits de l’homme, les accusant d’être financées par des pays musulmans. Procédé expéditif pour déconsidérer aux yeux de l’opinion israélienne ces associations. Quoi que trouvent – ou ne trouvent pas – les enquêteurs, la calomnie aura fait son office dans la propagande traditionnelle de la droite.

C’est l’occasion de rendre hommage a tous ces citoyens anticonformistes, car militer pour “la paix maintenant” en Israël ne manque pas de courage politique :

  • B’Tselem
  • Physicians for human rights (médecins pour les droits de l’homme)
  • Breaking the silence
  • Yesh Din
  • Comité Public contre la torture
  • Association pour les droits civils (ACRI)

Soit dit en passant, ce “Monsieur Propre” de la politique israélienne est accusé depuis août 2009 par la police de « blanchiment d’argent », « corruption », « fraude », « subornation de témoins » et « entrave à la justice » dans le cadre d’une enquête, ouverte il y a dix ans, sur le financement de certaines de ses campagnes électorales. C’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité !