Archives de Tag: Lybie

Faut pas charrier…

imgadLa “Charia”. Depuis le triomphe d’Ennahda aux élections tunisiennes, et la chute de Kadhafi en Libye, pas un jour où on ne nous bassine avec ça! Les mouvements féministes, instruits par l’expérience iranienne ou afghane, craignent, avec quelque raison, que leurs libertés soient menacées.

Lybie : Qu’ Abd El Jalil (le président du CNT) annonce l’instauration de la Charia et le retour de la polygamie,  et c’est un concert de protestations indignées ! Mais que pouviez-vous attendre d’une pareille crapule ? Personne n’ignorait qui il était, puisque les dirigeants du CNT ne sont pas de valeureux révolutionnaires, mais d’anciens affidés de Kadhafi qui ont tourné leur veste. Abd El Jalil, ancien ministre de la justice, avait organisé le procès des infirmières bulgares et confirmé leur condamnation à mort. Sarkozy et Bernard-Henri Lévy ont les alliés qu’il méritent. Soit dit par ailleurs, Kadhafi a été salement lynché. En voilà toujours un qui ne parlera pas, et ce n’est pas Sarkozy qui s’en plaindra. Moi si ! Et ne m’en veuillez pas si j’ai encore la faiblesse de préférer un procès à une exécution sommaire…

Tunisie : le succès d’Ennahda, le parti islamiste, correspond à celui d’un « parti de l’ordre » après une révolution. Bref, les Tunisiens ont voté à droite ! De toute façon, il ne faut pas rêver. La laïcité est incompréhensible pour un musulman. Quand je vivais au Maroc, j’ai essayé d’expliquer ça à mes élèves et mes amis marocains pendant 6 ans. En vain. C’est trop loin de leur système de référence. Mais ce qui est sûr, c’est que les Islamistes auront fort à faire pour faire rentrer les filles et les femmes au foyer ! Et si les partis de gauche avaient été capables de présenter un front uni au lieu de défendre chacun sa chapelle (1500 listes au total !), l’effet produit aurait été différent : on aurait dit que la gauche faisait jeu égal avec les Islamistes. Mais je le répète : Ennhada, c’est d’abord un parti de droite conservateur. Les gens ont la trouille du désordre. Comme aux élections de 1968 en France. C’est, somme toute, moins grave qu’en Libye où les oppositions tribales et régionales sont encore prépondérantes.

arton1643-d8573Cela dit, je ne suis pas naïf au point de croire que les libertés ne sont pas menacées par un parti religieux. N’importe quelle religion ! Il suffit de voir comment les Salafistes ont mis à sac la chaîne de télévision qui avait programmé “Persépolis” de Marjane SATRAPI au prétexte d’une seule image (voir ci-dessus), considérée comme blasphématoire puisqu’elle est censée “représenter”… Allah ! Ennahda a condamné la méthode (violente), mais pas le fond (la proscription) ! 391806134A vrai dire, je n’ai pas entendu le gouvernement français protester plus vigoureusement quand les intégristes catholiques ont attaqué, à PARIS, presque en même temps, le Théâtre de la Ville et les spectateurs sur lesquels ils ont déversé de l’huile de vidange… Il paraît que la pièce de Roméo Castellucci intitulée « Sur le concept du visage du fils de Dieu », est blasphématoire. C’est devenu une manie chez tous les cagots ! Et la haine de la liberté d’expression est commune, comme on voit, à tous les calotins !

Mais regardons plus en détail le programme du parti islamiste Ennahda en Tunisie, lequel prétend être l’équivalent d’un parti “démocrate-chrétien” en Europe. Hamadi Jebali, le probable futur premier ministre, a donné une interview au “Monde” le 18 octobre. Proclamant sans hésitation :  »L’essentiel est de respecter les libertés » , il répond à la question “Un homosexuel peut-il adhérer à votre parti ? “ et illustre sa conception des libertés:

Oui, s’il respecte le règlement et les principes de Ennahda. Nous n’allons pas intervenir dans ses actes personnels, mais il doit respecter aussi nos principes, qui sont contre ses agissements. Homosexuels ou autres.

Autrement dit, ça va pas être triste pour les gays ! En Iran, on les pend. Là, on leur rappelle qu’ils ont intérêt à raser les murs. C’est déjà ça,  me direz-vous. D’ailleurs, pour les femmes, ce n’est pas mieux. Souad ABDERRAHIM, cette pharmacienne au brushing soigné et au tailleur-pantalon impeccable , tête de liste aux élections à TUNIS, bref, la meilleure preuve de l’ouverture d’esprit du parti islamiste, et peut-être la future présidente de l’assemblée constituante, déclare tout bonnement :

« La liberté totale de la femme n’est pas possible. Par exemple, une femme homosexuelle ne peut pas prétendre exactement aux mêmes droits. On peut être à la page, mais on doit préserver ses racines », explique Souad Abderrahim. » Et de poursuivre : « À Ennahda, on ne soutient pas le mariage avec les étrangers. On ne révisera pas non plus la question de l’héritage. Il est écrit dans le Coran que l’homme doit toucher deux fois plus que la femme, c’est très clair. » (Sud-Ouest dimanche, 30/10, reportage de Delphine Bauer/Youpress à Tunis)

Tu l’as dit : c’est très clair. Plus réactionnaire, on ne peut pas faire. Et la bonne dame conclut par :

« Nous sommes pour l’égalité dans les acquis et les devoirs, mais dans le respect des origines. »

Le respect des origines. L’identité arabo-musulmane. Bref le même discours que l’extrême-droite européenne, toutes proportions gardées. En France, les fachos de tout poil ne font-ils pas la chasse aux Musulmans au nom “de l’identité et des origines chrétiennes de l’Europe” ?

Rached Ghannouchi, le leader du parti, a dû leur donner des “éléments de langage”, comme on dit à l’UMP, si l’on en juge par deux interviews récentes. Sur Express FM, il a insisté pour mettre en avant l’identité arabo-musulmane de la Tunisie, « une affaire nationale qui concerne tout le monde, pas un seul parti ».

« Notre langue, c’est la langue arabe. On est devenu franco-arabe, c’est de la pollution linguistique », a-t-il déploré.

Là aussi, il ne prend personne en traître : l’arabe, la langue sacrée du Coran, va être généralisé dans l’enseignement. Bon courage aux futurs étudiants. Au pire, comme au Maroc, la bourgeoisie enverra ses enfants dans les lycées français, puis dans les universités étrangères. Pour le petit peuple, pas besoin de se polluer l’esprit en apprenant le Français et toutes ces salades laïques inventées par l’ancien colonisateur honni ! Mais soyons justes, dans “Le Monde” du 29/10, il affirme qu’il ne faut pas le confondre avec les extrémistes salafistes (les gugusses qui ont attaqué les mécréants à coups de battes de baseball) :

Nous avons quelques débats avec eux, afin qu’ils changent leur vision de l’Islam, comme le fait de dire que la démocratie est “haram” [interdite] ou kafir [mécréante]. […]Nous pensons qu’il n’y a aucune contradiction entre l’Islam et la démocratie…

Ouf ! On l’a échappé belle ! Un peu plus et on était bon pour la bastonnade ! Vous êtes trop aimable, M. GHANNOUCHI de donner votre onction à la démocratie. Vos concitoyens ont fait la révolution pour vous l’obtenir. Ils seront soulagés de savoir qu’ils ne sont pas des mécréants pour autant!

Le slogan d’Ennahda dit  : “Ecoutez-nous, et n’écoutez pas ceux qui parlent de nous.” Bien ! Voilà ! C’est ce que j’ai fait ! “Nos adversaires ont utilisé […] l’argument du double langage sans la moindre preuve”, affirme Ghannouchi au “Monde”. Je ne sais pas ce qu’il vous faut, cher Monsieur !

La monarchie héréditaire, quel rêve !

CC0751D6EE12A301F124439C4941

Il y a un point commun à toutes les dictatures du Moyen-Orient et du Maghreb, qui sont en train de tomber les unes après les autres, c’est le népotisme au sens premier du mot. Tous ces vieux tyrans, rêvant d’une monarchie héréditaire, ont tenté d’installer leur fils au pouvoir. Le dernier sketch de cette tragi-comédie – on annonce des centaines de morts en LYBIE – est l’intervention à la télévision de Seif Al Islam, fils de KHADAFI, “guide suprême” de la “Grande Jamahirya arabe et socialiste”et étrangement silencieux. Les rumeurs les plus folles circulaient dans le pays : démissions de divers diplomates et du Ministre de la Justice, fuite de la police devant les manifestants, évasion des prisonniers de droit commun, exode précipité des Européens expatriés, mitraillage de la foule par des mercenaires, défection de chasseurs Mirage et d’hélicoptères à MALTE, incendies de la radio et de la télévision… En pleine nuit, le fiston se pavanait en complet veston à la télévision, et promettait “un bain de sang” aux Libyens avec l’épouvantail islamiste en sus. « La Libye tombera dans une guerre civile (…), nous nous entretuerons dans les rues ! » Tout un programme ! Et à l’heure où j’écris, il n’est pas certain que ce ne soit qu’une rodomontade.

Les monarchies historiques sont plus habiles. Ainsi au MAROC, Mohamed VI a réussi à convaincre tous les contestataires qui ont défilé par milliers à RABAT, CASABLANCA, MARRAKECH, etc. qu’il était irremplaçable. Il a eu la sagesse, malgré quelques tentatives sur Facebook pour contrer la “manifestation du 20 février”, de ne pas interdire les rassemblements et d’éviter les affrontements avec la police. Quand on se souvient du règne de son père Hassan II, et de l’armée qu’il faisait tirer sur la foule, il y a du changement ! Du coup, dimanche soir, tous les jeunes descendus dans la rue par milliers, sont sagement rentrés chez eux, après avoir vilipendé la corruption et réclamé une véritable monarchie constitutionnelle. Et vous pouvez lire en première page d’un influent magazine d’opposition, “Tel Quel”, ce titre paradoxal. Bien joué !2101-TelQuel-N