Archives de Tag: Moyen-Orient

Feu sur les lampistes !

NJ002_antonioPuisque SARKOZY a dit qu’il y aurait des sanctions, il y en aura, bon sang de bois ! Il ne s’agirait pas que le Président de la République déroge à ses principes : “causer d’abord, réfléchir ensuite”. Les juges, montrés du doigt, ayant été blanchis, les policiers, mis dans le même sac – on mélange parfois les torchons et les serviettes – ayant été absous, le sieur MERCIER, centriste garde des sceaux  et triste sire, a été sommé de trouver le pauvre type à qui faire porter le chapeau : C’est le directeur des services pénitentiaires de Rennes, le patron des matons qui a gagné le pompon ! Il “n’est plus en mesure d’exercer son autorité dans des conditions compatibles avec l’intérêt du service”, précise un communiqué. Mais le plus marrant est l’exposé des griefs qui lui valent d’être viré comme un malpropre : «mauvaise utilisation des moyens informatiques», «choix inadaptés sur l’affectation des moyens», «charges de travail lourdes»… Ce n’est bien sûr pas le Gouvernement qui met la justice sur la paille, c’est le sous-fifre qui est chargé de déshabiller Pierre pour habiller Paul qui est accusé d’attentat à la pudeur, et se retrouve à poil ! Il y a quand même une justice, non ?

dites-degage-moubarak-et-pas-casse-toi-pauvre-con,M49197Puisqu’ALLIOT-MARIE, ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères, s’accroche à son poste comme l’arapède sur le rocher breton, il fallait bien trouver une victime expiatoire de toutes les bévues de ce gouvernement dans la chute de “nos amis” de TUNISIE et d’EGYPTE. C’est le Quai d’Orsay, avec ce courage propre aux diplomates de carrière, qui a trouvé l’animal à sacrifier sur le champ : un malheureux prof de Lettres du Lycée français du CAIRE a été réexpédié à PARIS dès les premiers jours de février par le premier avion, immédiatement suspendu, et menacé de rétrogradation. Son crime (de lèse-majesté) ? Avoir rejoint les manifestants de la place Tahrir – sa femme est égyptienne – avec une pancarte pour dire à Moubarak de “dégager”. Mais ces Messieurs Dames de l’Ambassade se sont étranglés quand ils ont vu ladite pancarte sur BFM TV. Faut pas exagérer ! Une telle vulgarité donne une image déplorable de la France. Surtout pour un prof de français ! Aux dernières nouvelles, notre Ministre inoxydable a décidé d’être indulgente :  juste un simple blâme ! Mais à une condition : interdiction de causer à la presse – sans doute le fameux “devoir de réserve” dont on nous rebat les oreilles – sous peine d’être interdit de séjour en Egypte, et de ne pas pouvoir rejoindre sa femme et ses enfants avant l’âge de la retraite. Donnant-donnant. C’est ce qu’on appelle le langage diplomatique ?

Démocrates, à vos rangs, fixe !

EGYPT-MILITARY/STATEMENT

 

 

 

 

 

Moubarak a fini par partir et laisser la place au bout de presque trois semaines de manifestations populaires. Tout le monde, ou presque, exulte. Sauf peut-être le gouvernement israélien de NETANYAOU qui s’est efforcé de saboter toute tentative de négocier la paix, et craint désormais de devoir composer avec un régime moins accommodant que celui du “Raïs” (le “chef” رئيس).

Comme la constitution imposait, en cas de vacance du pouvoir, de le remettre au président de l’assemblée du peuple, un fragile homme de paille de Moubarak, on a préféré tourner la difficulté en abandonnant le régime aux chefs de l’armée égyptienne. Dans d’autres circonstances, on appellerait ça une “junte militaire”, même si le Conseil Suprême des Forces Armées avait été créé par NASSER après la défaite de 1967 contre Israël.

En tout cas, faire un triomphe à l’armée pour des manifestants démocrates, c’est comme confier la toque du chef à Ronald Mc Donald pour des gourmets ! Qu’on me cite un seul cas dans l’histoire où l’armée a instauré une démocratie… Même la “révolution des œillets” de 1974 au Portugal n’est peut-être que l’exception qui confirme la règle. La discipline est la force principale des armées, comme le rappellent les militaires à chaque occasion. L’obéissance aveugle n’est pas une vertu démocratique. Comment des militaires pourraient-ils souhaiter un régime autre que celui d’un “Raïs”, d’un “duce” ou d’un “chef” ? Surtout quand ce régime leur assure des prébendes que la démocratie ferait disparaître. On est tellement habitué à voir toutes les armées du monde du côté des ennemis de la liberté et des tortionnaires qu’on a acclamé celles de TUNIS ou du CAIRE… parce qu’elles n’avaient pas tiré sur la foule ! Refuser de commettre un crime ne fait pas de vous un parangon de vertu !

clip_image002On verra, en ALGERIE, ce que fera l’armée qui y détient tous les pouvoirs, quoique BOUTEFLIKA occupe toujours le fauteuil de président. Aujourd’hui 12 février, plusieurs partis d’opposition appellent à une marche de protestation pour revendiquer une véritable démocratisation. Le régime algérien est sans doute plus solide que celui du CAIRE parce que BOUTEFLIKA a rétabli la paix civile après les exactions commises par les islamistes et les représailles aveugles exercées par l’armée. Le plus vraisemblable est que la police empêchera purement et simplement toute manifestation en vertu de “l’état d’urgence” en vigueur depuis… 1992 ! Garde à vous ! Et silence dans les rangs!

Chez nos potes les despotes

ÉGYPTE - L'appel de l'armée aux Égyptiens

Les événements se précipitent au Moyen-Orient, et personne ne se sent vraiment à l’abri, de l’Afrique jusqu’aux confins de l’Asie. Et la même tactique est adoptée par tous les autocrates menacés : valse des ministres, censure sur les médias, et promesse de quitter le pouvoir… à la prochaine occasion ! On sait que ça n’a pas vraiment réussi à Ben Ali. Moubarak non plus n’a convaincu aucun des manifestants égyptiens qui continuent à camper sur la place principale du CAIRE…

ali salehYEMEN : Ali Abdallah SALEH, au pouvoir depuis 32 ans, à la veille d’une « Journée de la colère » organisée par l’opposition, vient d’annoncer qu’il était contre “la présidence à vie” et qu’il ne transmettrait pas le pouvoir à son fils comme il en était question. On est prié de le croire.

roi-de-jordanieJORDANIE: le roi ABDALLAH a congédié son premier ministre et nommé à sa place Maarouf BAKHIT, un ancien général qui avait déjà occupé le poste et fait preuve de son “savoir-faire” (© Alliot-Marie) en bourrant les urnes. Du coup, le puissant Front d’Action Islamiste a annoncé qu’il poursuivrait les manifestations. Si la démocratie sort du képi du général ou du turban des islamistes, je veux bien bouffer mon chapeau.

Même en FRANCE, certains oracles nous prédisent une révolution. « C’est une jean-luc-melenchoncertitude qu’une révolution aura lieu en France. La question est : quand est-ce qu’elle aura lieu ? » A vrai dire, Jean-Luc MELENCHON, nouvelle Madame Soleil, ne brille pas toujours par sa clairvoyance – avec le dernier carré du PCF, il a refusé de condamner le régime des frères CASTRO à CUBA ou celui de LOUKACHENKO en Biélorussie. Le titre de son dernier ouvrage était : “Qu’ils s’en aillent tous !” Evidemment, il ne s’agit pas de ses amis communistes cubains ou chinois. Mais des méchants Français. Autrement dit : “Ôte-toi de là que je m’y mette !” La question est : est-ce que ça suffira pour soulever les foules ?

TUNIS, ALGER, LE CAIRE : qui va tirer les ficelles ?

1470433_3_ce1e_un-manifestant-egyptien-brandit-une-pancarte-en

A l’occasion de la “journée de la police” (sic), jour férié officiel dédié à la célébration du maintien de l’ordre, plusieurs milliers de manifestants se sont répandus dans les rues du CAIRE pour conspuer MOUBARAK, président de 82 ans, au pouvoir depuis 29 ans, une sorte de frère aîné de BEN ALI… D’ailleurs, certains opposants ne cachent pas d’où vient leur inspiration puisqu’ils vont jusqu’à brandir des pancartes en… français ! Pour l’instant, grenades lacrymogènes et canons à eau. La leçon tunisienne a porté : à tout prix éviter le grabuge !

Samedi dernier, une manifestation appelée à ALGER par le RCD, un parti laïque d’opposition (rien à voir avec le parti au pouvoir en Tunisie), a été interdite, l’avenue Didouch Mourad (l’équivalent des Champs-Elysées à Paris) était cernée par les blindés de l’armée, et les manifestants n’ont pas pu faire cinquante mètres avant d’être copieusement matraqués par la police, y compris les députés.

Aujourd’hui aussi, alors que les manifestations continuaient à TUNIS, le gouvernement dit “provisoire” semble avoir repris les bonnes vieilles méthodes. Il a tenté d’organiser une  timide contre-manifestation pour le soutenir. Et bizarrement, quelques jeunes s’en sont pris à Moncef MARZOUKI, ancien président de la Ligue des Droits de l’Homme, exilé en France jusqu’à la chute de Ben Ali; ils ont tenté de lui casser la figure en le traitant de “mécréant” – c’est un défenseur de la laïcité – et “d’agent des Français et des Américains”.

Si ça continue comme ça, la “révolution de jasmin “ risque fort d’être celle des marrons… Et pas seulement celle des marrons dans la gueule ! Je veux dire que les jeunes manifestants pourraient bien s’être brûlé les doigts à tirer les marrons du feu pour les barbus qui sont à l’affût : “Ennhada” en Tunisie, ou les “frères musulmans” en Egypte. Ce ne serait pas la première fois que les contempteurs de la démocratie auraient invoqué ses principes pour les renier, après avoir ramassé le pouvoir qui était à prendre.