Archives de Tag: Obama

Autocritique

A7EiDWcCYAAZT1DOBAMA a donc été réélu avec une majorité plus nette que prévu. Il a bien joué : storytelling (voir photo ci-contre) et pari sur les jeunes, les noirs et les latinos. Question com’, il est costaud, Barack.

J’ai dit hier beaucoup de mal des centristes. C’est que les fachos me font froid dans le dos. Et que l’œcuménisme a des limites quand on a affaire à des Philistins. Mais l’élection américaine nous a donné des raisons de souffler un peu. Bien sûr, c’est dur de penser que 60% des hommes blancs des USA ont voté pour un parti d’abrutis qui hurlent au communisme dès qu’est instaurée une assurance-maladie pour 30 millions de leurs concitoyens sur les 50 millions qui n’en ont pas; ils n’hésitent même pas à représenter le président des Etats-Unis avec la mèche sur le front et le brassard à croix gammée d’Adolf HILTLER. Communiste, Nazi, dans le pois chiche qui sert de cervelle à tous les petits blancs, c’est du pareil au même. Ne leur demandez pas d’apprendre l’histoire, c’est un truc d’intellectuel, une tare encore pire que d’avoir la peau noire !

Grâces soient rendues aux femmes, aux jeunes, aux minorités ethniques ! Le parti républicain a perdu l’élection présidentielle de façon irrémédiable. Il pourra continuer à faire de l’obstruction au Congrès même s’il y a aussi laissé des plumes, et qu’il a perdu de nouveaux sièges au Sénat. Sans doute n’est-on pas sorti de la crise. Mais du moins, les plus illuminés des réactionnaires ont-ils fait la démonstration que leur stratégie ne pouvait aboutir qu’à l’échec. La course continue à droite finit dans le mur. C’est une leçon que la droite française ferait bien de méditer. En tout cas, je suis prêt à faire amende honorable : tout le monde n’est pas prêt à accepter d’enthousiasme les consignes de vote données par les curés du haut de leur chaire, ou les pasteurs, les imams, les rabbins, j’en oublie peut-être. Ou par les gourous de Wall Street derrière leurs ordinateurs. Ou par les culottes de peau dans leurs Etats-Majors.

Le pire n’est pas toujours certain.

Plutôt un grand noir qu’un petit blanc !

tumblr_mc0jxtdJrh1rg2rf7o1_500

Donc, on vote aux USA. OBAMA est donné gagnant contre ROMNEY à 2 contre 1. On verra ça demain…

Il n’empêche, cette élection si compliquée, si éloignée du bon vieux suffrage universel à deux tours que nous connaissons en FRANCE, nous a peut-être donné une préfiguration de ce qui nous attend en Europe. Comment est-il possible que la frange la plus réactionnaire du parti républicain ait pu imposer ses idées à un citoyen américain sur deux ? Ils sont contre l’assurance-maladie, contre l’avortement et la liberté des mœurs, contre les homosexuels et les libre-penseurs, contre les impôts et “l’Etat Nounou” (Nanny state), etc. Mais pour la liberté du loup dans la bergerie, ou du renard dans le poulailler.

Barack OBAMA pendant 4 ans a gouverné avec prudence, comme le “centriste” qu’il est. Il avait suscité l’espoir d’être différent. Il a déçu, parce qu’il ne pouvait en être autrement. Pour gouverner aujourd’hui, il faut convaincre l’opinion : c’est la rançon de la démocratie parlementaire. Or nous vivons une époque de crise où les gens ont peur de l’avenir. Où ils craignent que leurs enfants vivent moins bien qu’eux. Où 90% claquent du bec pendant que 10% se gobergent. Et où les plus riches ont réussi à convaincre les moins pauvres que ceux à qui ne restent que les miettes vont leur piquer leur pain quotidien : les noirs, les arabes, les roms, les cas sociaux, que sais-je encore…

En France, HOLLANDE, lui aussi marche sur des œufs : il ne faut faire de peine à personne. Et pourtant, d’une droite vindicative, presque aussi réactionnaire que le Tea Party américain, que peut-on attendre ? Après la peur du lendemain, après les discours délirants sur “les petits pains au chocolat de nos enfants menacés par les méchants du ramadan”, il faudra peut-être un jour prochain affronter la haine de classe de ceux qui sont prêts à renouer avec les ratonades, avec la défense de la “race blanche”, même en France. Comme les nostalgiques du KKK dans le sud des USA. A ce moment-là, il faudra choisir son camp : le centrisme, c’est le marais. Je n’ai pas envie de m’y noyer.