Archives de Tag: socialistes

Déjà le début de la fin ?

une-aureole-au-dessus-de-la-tete-jean-marc-ayrault-remet-le_1514850_1200x600La gauche en général – le Parti Socialiste en particulier – vient de payer une avance sur le prix du chantier en cours. Le solde, dimanche prochain, pour le second tour des élections municipales, risque de la mettre sur la paille. Et après les élections européennes en mai, la droite pourra pavoiser, la gauche sera à poil ! Qu’à cela ne tienne, c’est le citoyen qui paiera l’addition.

La personnalité de François HOLLANDE, son leader, n’est sans doute pas faite pour entraîner l’enthousiasme des Français, surtout en période de crise économique. Tenter sans cesse de ménager la chèvre et le chou n’est pas la meilleure façon de montrer le chemin à suivre. Le bonhomme ne manque sans doute pas d’intelligence, mais il a le charisme d’un bonnet de nuit.

Quant au gouvernement, c’est une cour de petits marquis qui rêvent de l’époque de la Fronde : chacun tire à hue et à dia, et le char de l’Etat risque de finir au fossé. Les Barons de Province, qui se croyaient intouchables, vont probablement mordre la poussière les premiers. Pourquoi une telle déroute après moins de deux ans de pouvoir, quand la droite est réélue triomphalement, y compris ses voleurs et ses escrocs1, quand le Front National, avec un programme débile2, est acclamé par une partie de l’électorat populaire qui votait hier encore à gauche ?

On me dira que la période n’est pas favorable à un gouvernement quel qu’il soit, que la hausse continue du chômage et le début de récession en 2013, ne peuvent qu’engendrer l’impopularité. Il n’empêche : il y avait des mesures simples et rapides à prendre. Aucune n’a été prise, toute décision a été pesée au trébuchet des calculs politiques et des susceptibilités patronales : il a fallu plus d’un an pour voter la loi sur « le mariage pour tous » quand le problème aurait dû être réglé en moins d’un mois3. On a remis aux calendes grecques toute réforme fiscale, et bricolé des mesures symboliques4. Hollande et Ayrault ont expliqué benoîtement au peuple qu’il fallait encore se serrer la ceinture, et quémandé l’approbation de la bourgeoisie en lui offrant, pour la nième fois, des allègements de charges sociales sur les salaires des ouvriers : ils y ont gagné la colère du peuple et le mépris de la bourgeoisie. Même pas un mot de remerciement du patronat qui, comme toujours, a empoché la pièce (ce qui est pris n’est plus à prendre), et s’est bien gardé de rendre la monnaie !

Au moins, on aurait pu casser les reins à tous les carriéristes, opportunistes, profiteurs et autres branleurs, en votant d’entrée une loi limitant le cumul des mandats, en nombre et en durée5. On aurait pu ainsi enrayer la perpétuelle dénonciation démagogique des hommes politiques. Etouffer dans l’œuf une révolte dont se pourlèchent les conservateurs et les fascistes. Il n’en a rien été.

Comment s’étonner dans de telles conditions que la gauche, qui avait la majorité dans les communes, les départements, les régions, arrive désormais non seulement derrière la droite revancharde, mais même après les crétins du Front National ? Peut-être est-ce injuste. En 2002 aussi, quand LE PEN était passé devant JOSPIN et avait assuré le triomphe de CHIRAC.

Les cocus, comptez-vous, comme disait mon adjudant de quartier, quand j’étais régulièrement de corvée à l’armée, parce que j’avais le tort à ses yeux d’être un des seuls sursitaires dans mon bataillon de chasseurs alpins !

_____________________________________________________

[1] l’inoxydable BALKANY à Levallois-Perret, l’entreprenant WOERTH à Chantilly, etc. J’ai cru naïvement, pendant longtemps, que c’était une spécificité des républiques bananières de réélire systématiquement les politiciens les plus corrompus… Hélas, nous y sommes !

[2] Les « gars de la Marine » sont apparemment les seuls à prétendre résoudre la quadrature du cercle : diminuer les impôts et embaucher des flopées de flics municipaux armés jusqu’aux dents, par exemple ! Mais comme le disait justement Marcel PAGNOL dans Marius : « Tout le monde sait bien que c’est dans la Marine qu’il y a le plus de cocus. »

[3] Il ne fallait pas longtemps pour ajouter un seul article au code civil ! (« Art. 143. – Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe. »)

[4] Ainsi le fameux taux de prélèvement de l’IRPP à 75% ne sera même pas payé par ceux qui empochent le pognon (1 million d’euros par an quand même), mais par leur entreprise : c’est la première fois, à ma connaissance, qu’on fait payer aux actionnaires les impôts des salariés !

[5] Il ne suffit pas de sanctionner les cumulards, il faut aussi empêcher que des parasites passent leur vie entière sous les ors de la République ou les lambris des Mairies, bref en finir avec les rentes de situation, quand le peuple est en train de ramer sur les bancs des galères. Mais comment convaincre des rentiers de se balancer d’eux-mêmes par-dessus bord ?

Publicités

Les socialos sont des charlots !

4381703_3_7a58_christiane-taubira-montre-le-courrier-par_de5b05dbb5ea4ed9e9c6a7a7be526c0e

Plus la droite s’embourbe dans les « affaires » sordides, plus elle aboie avec le culot des roquets qui s’en prennent au facteur, coupable d’apporter les mauvaises nouvelles ! Mais il faut dire que le gouvernement fait preuve d’un amateurisme déconcertant : par peur d’être soupçonné de « comploter » contre le pauvre SARKOZY qui joue au Saint Sébastien, il offre des bâtons pour se faire battre. Et Christiane TAUBIRA, croyant faire un bon coup, s’est tiré une balle dans le pied !

Qu’on en juge : la semaine dernière, après que Copé a été convaincu d’avoir  engraissé ses copains aux frais de l’UMP (les braves gens qui ont épongé les dettes de leur parti ont dû apprécier), SARKOZY est ridiculisé par son « conseiller-minute », le fameux BUISSON qui a enregistré des centaines d’heures de conversations à l’Elysée ; puis il est soupçonné – excusez du peu – de « trafic d’influence », de connivence avec son avocat, et de « violation du secret de l’instruction », sans parler des faits pour lesquels il avait été placé sur écoute par deux juges d’instruction indépendants (affaire Kadhafi, Takieddine et consorts).

C’est du nanan ! TAUBIRA devrait savourer, et se taire. Eh bien non, il faut qu’elle la ramène, pour dire qu’elle « n’était pas au courant », au risque de se voir reprocher son incompétence ! Et après les hurlements de Copé qui crie au complot et ne manque pas de culot – ce n’est pas une découverte –, elle en rajoute en brandissant les deux feuillets du rapport du Procureur Général devant la meute de journalistes qui assistent à sa conférence de presse. Les flash crépitent… Et quelques heures après, on lit dans « Le Monde » le courrier déchiffré par les journalistes qui ont agrandi les clichés. Un jeu d’enfant !

Oui, décidément, des enfants de chœur ! Evidemment, Christiane TAUBIRA était au courant, comme doit l’être n’importe quel Garde des Sceaux. Elle a menti. Péché véniel, sans doute, de peur d’être soupçonnée de n’avoir pas rompu avec les vieilles habitudes d’instrumentalisation de la Justice prises sous les gouvernements de droite ! Mais il ne faut jamais mentir avec des professionnels de la triche comme Copé et Sarkozy.

C’est quand même incroyable ! Voilà des types qui sont soupçonnés de détournement de fonds et de trafic d’influence. Ils braillent comme des cochons qu’on égorge. Et ce sont les spectateurs qui sont mis en accusation par la société  protectrice des animaux sous prétexte qu’on les soupçonne d’aimer le jambon !

A vrai dire, l’UMP, c’est plutôt comme les gosses de mon enfance : ils braillaient avant qu’on leur colle une mornifle, dans l’espoir que les parents, apeurés par le scandale public, renonceraient à leur en coller une ! Et en général, ça marchait, comme le numéro de Copé vient  de le démontrer encore aujourd’hui. Et c’est TAUBIRA qui passe pour une mère indigne. Chapeau, l’artiste !

________________________________________________________________

Mise à jour du 17 mars : Mille excuses à Mme TAUBIRA. Apparemment (information d’iTélé et du Nouvel Observateur), elle n’a pas menti. C’est pire : sa directrice de cabinet ne l’avait pas tenue au courant ! Ce n’est plus Charlot qu’il faut invoquer, c’est Les Pieds Nickelés !

Les bricolos n’y vont pas mollo !

justice bricolo

La semaine dernière, la droite, l’extrême-droite et même une partie de la gauche nous bassinaient avec le « problème rom ». Rebelote ce dimanche : socialos versus bricolos ! Je déteste le bricolage, et je hais les dimanches, comme chantait Greco. Je ne suis pas assez débile pour aller passer ma journée dans une grande surface ! Et pourtant, KOCIUZKO-MORIZET qui aspire à la Mairie de PARIS, voudrait voir tout le monde s’y précipiter, jusqu’à minuit si besoin : « les gens ne comprennent pas, par exemple dans le cas de Sephora, que des syndicats censés les aider, ne défendent pas leurs intérêts ».

Les syndicats, voilà l’ennemi ! D’ici les prochaines élections, la droite n’a pas fini de nous casser les pieds avec les arguments les plus éculés. Mais à qui doit-on les lois successives qui ont battu en brèche le code du travail, à coups de dérogations et d’exceptions, et semé la pagaille ? Au gouvernement du petit Nicolas dont faisait partie la jolie Nathalie : c’est la « loi sur le repos dominical » du 22 juillet 2009 qui a introduit un dispositif spécifique dans les zones urbaines de plus d’un million d’habitants, soit Paris, Aix-Marseille et Lille (sauf Lyon) : le « périmètre urbain de consommation exceptionnel » (« Puce »). La droite voudrait généraliser cette dérogation au droit du travail à PARIS, sous prétexte que les touristes le réclament, que ça donne du travail aux étudiants sans le sou, et que ce qui fait marcher le commerce est bon pour la reprise économique… NKM va même jusqu’à dire que la « perfide Albion » qui n’est qu’à 2 heures de TGV, nous taille déjà des croupières ! Est-ce que cette péronnelle va aussi réclamer la suppression du SMIC pour accroître la compétitivité du commerce des Champs-Elysées ?

Si je dis que c’est la législation du travail que la droite voudrait flanquer par terre, c’est que c’est en bonne voie. Que les magasins de meubles ou de jardinage aient été autorisés à ouvrir le dimanche, et pas ceux de bricolage, n’est qu’une des aberrations classiques de l’empilement des textes règlementaires et dérogatoires.  Un premier jugement avait obligé BRICORAMA à fermer le dimanche. Le groupe a donc déposé plainte contre ses concurrents CASTORAMA et LEROY-MERLIN qui continuent à ouvrir en toute illégalité. Et tous ces vertueux défenseurs de la loi, quand elle les arrange, n’ont pas moufté. Au contraire, ils en rajoutent, en concédant tout de même hypocritement qu’il convient de ne requérir que des « salariés volontaires ». C’est bien le moins, puisque c’est une obligation légale ! Personne n’ignore pourtant les moyens de pression dont dispose un patron pour désigner des volontaires. Je me souviens que mon adjudant de quartier, quand il fallait répartir les corvées à l’armée, faisait ça très bien, avec beaucoup d’humour !

Et comme on est en pleine crise économique, les salariés sont les premiers à réclamer de « travailler plus pour gagner plus ». On a déjà entendu ça quelque part, non ? Pauvres naïfs ! Vous croyez qu’on va continuer à vous payer double, dès que le travail dominical tombera dans le droit commun ? Il suffit de constater que la loi – contrairement aux P.U.C.E. – ne prévoit rien de tel pour les « zones touristiques ou thermales » (décidées par arrêté préfectoral sur sollicitation du conseil municipal) :

« l’employeur n’est pas tenu de donner une contrepartie au salarié qui travaille le dimanche, sauf si des conventions ou accords collectifs le prévoient. Contrairement aux pratiques prévues dans les « Puce », le travail le dimanche dans ces secteurs ne s’effectuera pas sur la base du volontariat et les salariés ne bénéficieront pas de contreparties minimales. »

Si la gauche est assez conne pour emboîter le pas, par démagogie, à la droite et à l’extrême-droite, c’est son problème. Mais qu’on ne vienne pas me pleurer dans le gilet quand le Front National tiendra le haut du pavé et plumera la volaille socialiste !

Ah ! J’allais oublier un détail. Savez-vous qui a financé la campagne de mobilisation, « spontanée et indépendante » (ça va de soi !), de tous ces braves salariés qui détestent les syndicats et réclament la « liberté du travail » ? Leurs propres patrons ! M. Castorama et M. Leroy-Merlin ont embauché une agence de publicité (« Les Ateliers Corporate ») pour former, encadrer, conseiller ce « mouvement ouvrier spontané ». Des types qui sont payés par le patron pour s’en prendre aux droits de leurs camarades, ça porte un nom : ça s’appelle des « JAUNES » !

n-TRAVAIL-DU-DIMANCHE-large570

s-TRAVAIL-DIMANCHE-large640

La fille aînée de l’Eglise fait le trottoir

131121525915204« France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » avait lancé Jean-Paul II ,  sermonnant les citoyens français , lors de son voyage chez nous en 1980. Il reprenait ainsi une légénde1 forgée au XIX° siècle2 qui veut que la France ait été, avec le baptême de Clovis en 498, le premier pays converti au christianisme. Voici ce qu’en disait la fameuse Loi Salique, fondement de la monarchie française, qui ne faisait pas dans la demi-mesure : « L’illustre nation des Francs qui a Dieu pour fondateur, puissante par les armes, constante dans la paix, profonde dans sa réflexion, corporellement noble, d’une pureté sans tache, d’une prestance sans pareille, intrépide, rapide, intraitable, récemment convertie à la foi catholique, indemne d’hérésie au temps où elle vivait à la manière des Barbares, sous l’inspiration de Dieu, a cherché la clé de la Sagesse, en désirant la justice et en restant fidèle à la piété.”  C’est pourquoi la papauté a toujours entretenu des liens privilégiés avec les Rois de France, surnommés “fils aînés de l’Eglise”. C’est aussi pourquoi l’Eglise Catholique a été royaliste et antirépublicaine jusqu’au début du XX° siècle, quand elle a compris que les lois laïques ne lui permettaient plus d’espérer ni restauration monarchique, ni retour au Concordat napoléonien. C’est encore pourquoi l’Eglise a soutenu jusqu’au bout le régime de Vichy qui avait tordu le cou à “la gueuse”.

Pardonnez ce long préambule historique. Mais je suis convaincu que l’épiscopat actuel, dirigé par des évêques réactionnaires, tous nommés par Jean-Paul II ou son successeur, tout aussi conservateur, a délibérément rouvert la querelle laïque : ils ont saisi le prétexte de la loi sur le “mariage pour tous”, et ont choisi délibérément de “rouler pour la droite”. J’avais déjà écrit il y a trois mois que le courant catholique du PS soufflait à la droite la stratégie politique à suivre pour se refaire une santé : en mystifiant tout le monde avec le thème de la prétendue “protection des enfants”, le lobby catholique a monté une remarquable opération, comme en témoignent les milliers de gens qui défilent en ce moment dans les rues de Paris. Ce que voudraient nous faire avaler l’Eglise et ses enfants de chœur, c’est que le dogme catholique est une donnée “naturelle” ! Toucher au mariage, ce serait abattre les murailles de la civilisation qui nous protège de la barbarie3. Qui, à votre avis, a déclaré : “l’Eglise, qui n’a vraiment pas de leçons à donner sur ce terrain, est devenue le seul think tank de la droite, imposant une vision millénariste et obsidionale de la famille et de la société, hystérisant le débat et racontant des histoires totalement irrationnelles, comme si c’était la fin du monde. » Réponse : Roselyne BACHELOT,ancienne ministre de droite, et – il faut lui rendre cette justice – unique soutien, déjà, de son parti à la loi sur le PACS.

Bref, la droite qui n’a rien appris de sa compromission avec les milieux intégristes dans l’opposition au PACS, se suicide à nouveau en servant de faire-valoir aux milieux les plus réactionnaires de l’Eglise catholique. Vous croyez que j’ai la berlue, et que je ne veux pas voir les milliers de manifestants dans les rues de Paris ? Absolument pas. Je persiste, et je signe. Cette manifestation est une victoire à la Pyrrhus. Copé a fait un coup politique en battant le rappel des courants les plus droitiers de son parti, comme l’avait fait en vain Sarkozy. Fillon a été obligé de s’aligner, même s’il a rechigné à défiler en invoquant des prétextes aussi hypocrites que ceux de l’archevêque de Paris. L’UMP est devenue un parti totalement opportuniste, sans aucune idée politique nouvelle. Ses responsables les plus lucides ne peuvent ignorer, malgré l’hypocrisie de circonstance qui consiste à se féliciter de la merde dans laquelle est le gouvernement, et à se pincer le nez à cause de l’odeur, qu’ils foncent droit dans le mur. Le “mariage pour tous” est un progrès des libertés individuelles et de l’égalité des droits. Et ce projet est inéluctable à notre époque. Même pour des gens de droite. C’est ce que démontre un projet de loi semblable déposé par le Parti Conservateur en Grande-Bretagne, et les lois déjà votées en Espagne et en Belgique, deux royaumes officiellement catholiques. Rendez-vous dans quelques années pour se couvrir la tête de cendres et entendre l’autocritique des dirigeants actuels de la droite : à propos du PACS, BOUTIN avait déjà brandi sa Bible à l’Assemblée, et annoncé la chute de Sodome et Gomorrhe ! Il y a aujourd’hui 90% des couples concernés qui sont tout bêtement hétérosexuels.

Il n’empêche que les socialistes ont été particulièrement indigents, eux aussi, dans leur stratégie politique. Il fallait évidemment faire voter le texte de loi dans la foulée de l’élection. Au mois de septembre encore, les sermons et les tracts dans les églises, après la messe du dimanche, avaient été perturbés par les vacances des familles bien pensantes à la mer ou à la montagne ! L’UMP, sonnée par sa déroute aux élections, ne savait pas quoi faire sur le sujet. La lutte à couteaux tirés pour prendre la direction du parti a fourni au plus opportuniste une occasion de coller à la base, plus proche de l’extrême-droite, et d’enterrer son rival définitivement. C’est ça, leur “défense de la civilisation”…

Bref, il aurait fallu laisser de côté la question de l’adoption et de la “Procréation médicalement assistée” (PMA), voire de la “Gestation pour Autrui” (GPA), pour une loi prochaine sur la question de la filiation4. C’est ce que viennent de faire les Socialistes. Bien trop tard ! Désormais, cela va étaler la polémique sur 6 mois supplémentaires. C’est tout ce que la nullité tactique de ses dirigeants, trop occupés à se partager les fauteuils et les maroquins, aura gagné par sa procrastination. Si en 1981, BADINTER, avait traîné les pieds ainsi pour l’abolition de la peine de mort, on trouverait encore des braves gens pour gueuler “à mort !” aux grilles des Palais de Justice comme à l’heureuse époque de ma jeunesse5 !

_____________________________________

Si vous voulez entendre le niveau des arguments des responsables de la manifestation, écoutez ça :

________________________________________________________ :

1. Le royaume d’Arménie avait fait du christianisme une religion d’Etat, au III° siècle, soit près de 2 siècles avant la France !

2. C’est le Cardinal Langénieux qui en 1896, à une époque où l’Eglise Catholique était toujours monarchiste et anti-républicaine, serait l’auteur de l’expression « fille aînée de l’Eglise », à l’occasion de la commémoration du supposé baptême de Clovis. C’est aussi à cette époque qu’a été instruit, des siècles après, le procès en canonisation de Jeanne d’Arc. Tiens ! Comme c’est curieux… Deux symboles des partis d’extrême-droite !

3. Je n’ai pas la place ici de développer cette évidence : l’organisation de la famille et de la filiation, contrairement à ce que prétendent l’Eglise et la Droite, n’a cessé d’évoluer au cours de l’histoire !

4. La question n’est toujours pas réglée pour les centaines de milliers de familles “recomposées” ou “homoparentales”, c’est à dire de familles où il n’y a pas nécessairement “1 papa + 1 maman”, comme le scandaient benoîtement les manifestants d’aujourd’hui.

5. Comme j’entends, de plus en plus souvent, que le mariage est une institution ringarde et ne représente pas un progrès social, je rappelle deux choses à mes amis qui seraient tentés de se défausser du problème un peu légèrement :

  • C’est une revendication légitime d’égalité des droits entre tous les citoyens : un couple d’homosexuels ne peut avoir aujourd’hui les mêmes droits qu’un couple hétérosexuel. La loi donne un droit nouveau aux premiers et ne retire rien aux seconds. C’est pourtant facile à comprendre, non ?
  • Personnellement, je me moque du mariage comme de ma première culotte, mais il garantit la sécurité sociale et une fiscalité équitable aux deux conjoints. Pas de quoi en faire un sacrement, encore moins une croisade !

VALLS à trois temps…

MARTIN AURORE

1° temps : Manuel VALLS, le plus à droite des ministres de gauche, premier flic de France, veut faire son Sarkozy. Il fait partie de ces politiciens qui sont prêts à renier les convictions qui les ont fait élire pour complaire à ceux du bord opposé, et conforter leur popularité au Top 10 des instituts de sondage.

2° temps : il multiplie les déclarations va-t-en guerre contre les tueurs de Marseille ou de Corse et les voyous de banlieues diverses, fait expulser sans commentaires les prêcheurs islamistes planqués dans leurs mosquées et les roms installés dans des camps de fortune. Ainsi, après avoir adulé le ténébreux Guéant, les petits vieilles des beaux quartiers vont adorer le beau Manuel.

3° temps : hier, le ministre de l’intérieur, socialiste de circonstance, après son interview à El Païs promettant une guerre sans merci à l’ETA basque, fait arrêter la jeune Aurore MARTIN, 33 ans, à Mauléon (Pyrénées Atlantiques, France), son village, par la gendarmerie française qui l’extrade sur le champ, et la remet à la Guardia Civil espagnole : il a fallu moins de 5 heures pour ce tour de force.[1]

Que reproche-t-on à cette jeune femme ? D’appartenir à Batasuna, parti accusé de n’être que la vitrine légale de l’ETA qui, quoiqu’ayant renoncé à la lutte armée, n’a toujours pas officiellement déposé les armes. Tout le problème est là : si grâce à une loi espagnole de 2003, Batasuna est considéré comme une “organisation favorable au terrorisme” et interdite en tant que telle, ce n’est pas le cas en France. Or normalement, pour qu’un citoyen français soit extradé dans un autre pays, il est nécessaire qu’il y ait une double incrimination, c’est à dire que la législation reconnaisse comme crime le motif d’inculpation dans l’un comme dans l’autre pays, même quand a été lancé un “mandat d’arrêt européen”. Sauf dans un cas : le terrorisme. Et c’est ainsi qu’Aurore MARTIN, accusée d’appartenir à Batasuna, et soupçonnée d’avoir assisté à des réunions de cette organisation politique en Espagne, a été arrêtée en France et immédiatement expédiée dans les geôles espagnoles par Manuel VALLS, fils de républicains espagnols réfugiés en France à l’époque franquiste.[2]

A ma connaissance, c’est la première fois dans l’histoire qu’une citoyenne française est extradée sous l’accusation de “terrorisme”. Et il a fallu un ministre socialiste pour en arriver là. Ce que Sarkozy n’avait pas osé, Valls l’a fait !

__________________________________________

* On lira avec profit la tribune libre publiée dans « Le Monde » en 2011 par Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature, et Patrick Henriot, secrétaire national du Syndicat de la magistrature.

[1] Arrêtée à 16 heures dans son village, à Mauléon, elle a été livrée aux Espagnols à la frontière, à Biriatou, à 20 h 45.

[2] Elle risque jusqu’à 12 ans de prison selon la loi espagnole pour un délit dont elle est innocente en France.

Gay, Gay, marions-nous, la droite, on s’en fout !

“Gai, gai, marions nous” (Comptine de mariage.)

Et le désir s’accroît quand l’effet se recule”. (Corneille, Polyeucte)

Je ne sais si les socialistes vont finir par déposer, puis par voter le projet de loi qui autorise le mariage des couples homosexuels. Il faut croire que ça défrise encore un certain nombre de leurs électeurs, voire de leurs adhérents, si l’on en juge par leurs tergiversations.

DRÔLES DE CATHOS DE GAUCHE

poissonEn tout cas, c’est du courant “chrétien” du PS, les “poissons roses[1]” qu’est venue l’idée qui va permettre à la droite de mener la guerre contre ce projet de loi. Non contents de dénoncer toute forme “d’euthanasie” dans l’agonie des malades incurables, ils ont trouvé une hypocrisie digne de leurs maîtres, les Jésuites, pour refuser aux homosexuels les mêmes droits qu’aux autres citoyens : les enfants. La référence à la tribune libre de Paul THIBAUD, ancien directeur de la revue “ESPRIT”[2] est sans équivoque. Et pour ceux qui n’auraient pas compris, ils précisent : “il ne sert à rien de se presser sur les débats de société de type mariage gay ou euthanasie sous la pression de lobbies divers”

BIZARRE DEMOCRATIE CHRETIENNE

barbarinAprès le recul du gouvernement sur le droit de vote des étrangers, qui suppose une modification improbable de la constitution (majorité des 3/5 des députés et sénateurs), et prive la droite et l’extrême-droite de leur sujet de polémique préféré[3], on s’attendait à un déferlement de discours réactionnaires sur l’homosexualité. L’Eglise Catholique, par la voix du dénommé BARBARIN, cardinal et “primat des Gaules”, a ouvert la voie : “Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera ». On ne s’étonnera guère de ce genre d’invectives dans le sermon d’un prélat qui ne connaît rien de mieux, en matière sexuelle, que “l’immaculée conception ! Mais il y a plus grave, puisqu’il ajoute : « Pour nous, la première page de la Bible (qui dit que le mariage unit un homme et une femme) a un peu plus de force et de vérité qui traversera les cultures et les siècles que les décisions circonstancielles ou passagères d’un Parlement ». Voilà, tout est dit. On croirait entendre un frère musulman, toutes proportions gardées. Eux disent : “le Coran est la solution”; lui prétend que c’est “la Bible”. La constitution républicaine, la laïcité, la démocratie, tout ça à la trappe ! Si “la Bible est la solution”, ça promet de bien belles croisades pour demain… On comprend mieux les délires de la très démocrate-chrétienne Mme BOUTIN, qui avait déjà brandi la Bible à l’assemblée nationale pour conjurer “le Malin” lors du débat sur le PACS en 1998 : “Il est vraisemblable que si on accepte le mariage homosexuel, on serait amenés dans les années à venir à accepter la polygamie en France», a-t-elle assuré. Ne parlons pas du maire UMP du VIIIème arrondissement de PARIS (Champs-Elysées), un dénommé LEBEL qui prend à témoins dans le journal municipal ses électeurs  : Si le tabou (de l’homosexualité) tombe ”comment s’opposer demain à la polygamie en France, principe qui n’est tabou que dans la civilisation occidentale ? Pourquoi l’âge légal des mariés serait-il maintenu ? Et pourquoi interdire plus avant les mariages consanguins, la pédophilie, l’inceste qui sont encore monnaie courante dans le monde ? » Tout ça sent bon l’ordre moral et la xénophobie. On s’étonne que ce maire des beaux quartiers ait oublié de mettre en garde contre la zoophilie, vu le nombre de caniches au mètre carré dans le quartier !

LA DROITE PAS SI BÊTE

Mais la droite française n’est pas toujours “la plus bête du monde”, comme le prétendait Guy Mollet autrefois. Quand elle est incapable de rassembler ses divers courants[4], elle n’a qu’un mot d’ordre : l’opportunisme. Le député de la Drôme, Hervé MARITON qui dirige la propagande “contre le mariage homosexuel”, a vendu la mèche  “Les gens se disent : autoriser le mariage aux homosexuels ne me retire rien. En revanche, quand on regarde les conséquences sur l’adoption, quand on dit que les mots père et mère vont être retirés du code civil, ça remue plus de monde” (“Le Monde”, 23/10/2012) Tiens, comme c’est curieux, exactement les mêmes appâts que pour la pêche aux “poissons roses”. Pour ne pas passer aux yeux de leurs concitoyens pour d’indécrottables réactionnaires homophobes, on ne dira pas de mal des homosexuels. Ça n’empêchera pas leurs électeurs d’en penser pis que pendre. Mais du moins, les apparences seront sauves ! C’est d’ailleurs sur ce mot d’ordre “protégeons les enfants” qu’ont eu lieu hier les manifestations organisées par les associations proches des catholiques intégristes pour dénoncer le projet de loi sur le mariage gay. Même hypocrisie que pour l’avortement, leur autre cheval de bataille. Il ne sont pas contre, ils sont “pour la vie”. Bravo les Jésuites !bandeau

Non, décidément, TOUS sosbb-120CES GENS SONT A VOMIR.  La question est pourtant simple : êtes-vous prêt à accorder les mêmes droits à tous les citoyens ? Ou non ? Est-ce que ça vous défrise que des homosexuels aient les mêmes droits que vous qui ne l’êtes pas ? Et ne venez pas me saouler avec l’éducation des enfants : j’ai eu, pendant ma vie professionnelle, à m’occuper de tant d’enfants battus, abusés, voire mal aimés parce qu’ils n’avaient pas été désirés, qu’on ne me fera jamais croire que le mariage traditionnel, bien souvent religieux, soit préférable à l’union libre ou au mariage entre deux personnes de même sexe. Vous l’avez compris, je ne suis pas un partisan inconditionnel des liens conjugaux, même si j’ai fini par y céder “après avoir longtemps vécu dans le péché”. Mais quand les pisse-vinaigres voudraient imposer leur morale, et refuser des droits élémentaires à certains de mes concitoyens, qu’ils soient mes amis ou non, je me dis qu’il y a des coups de pied au cul qui se perdent !

P.S.  MUSIQUE, MAESTRO !

 Tire la langue Pour faire bisquer l’UMP, les cathos de gauche et les calotins de droite, je vous ai ajouté la partition de la comptine “Gai, Gai, marions-nous”. En polyphonie, siouplaît !

 

Gai, gai, mari-ons nous
Mettons nous donc en ménage


Gai, gai, mari-ons nous
Mettons nous la corde au cou !

___________________________________________

[1] Je suppose que le nom – ridicule en Français – de ce courant est une allusion au mot grec ἰχθύς, signe de reconnaissance des premiers chrétiens. Outre divers symboles, le mot est un acronyme pour “Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur”. Néanmoins, leur manifeste ne se réclame jamais ouvertement du christianisme, et prétend discuter avec tout le monde.

[2] la revue a été fondée dans les années 1932 par le philosophe Emmanuel MOUNIER, dont le “personnalisme” est une référence dans les courants catholiques progressistes. Paul THIBAUD a succédé à Jean-Marie DOMENACH entre 1977 et 1989 à la direction de cette revue, dont le rédacteur en chef est aujourd’hui Olivier MONGIN.

[3]  L’UMP a lancé mi-septembre une pétition contre le droit de vote des étrangers, qui totalise 186.778 signataires à ce jour. C’est, tout compte fait, assez peu…

[4] On sait que l’historien René REMOND distinguait  trois courants : “légitimiste, orléaniste et bonapartiste”. les dissensions actuelles à l’UMP donnent une nouvelle actualité à cette analyse (droite proche du FN avec Copé, droite libérale du nouveau parti centriste de Borloo, droite gaulliste – ou ce qu’il en reste – avec Fillon)

La Rochelle : le degré zéro de la politique

14.06.Affiche.legislative.Royal.Falorni.930.620_scalewidth_630

Savez-vous que c’est à LA ROCHELLE que Choderlos de Laclos a écrit “Les Liaisons dangereuses”, après avoir séduit l’une de ses filles de bonne famille et lui avoir fait quelques enfants ? Hélas ! Les péripéties du vaudeville qui se joue depuis des semaines dans notre vieille cité protestante, sont loin d’être du niveau du chef-d’œuvre littéraire du XVIIIème siècle ! Ça fait juste les choux gras de la presse à sensation, et provoque des éclats de rire jusque chez nos voisins européens… Les socialistes rochelais donnent le triste spectacle du panier de crabes et la droite charentaise boit du petit lait : ce qu’elle n’a pas réussi à obtenir depuis 40 ans va advenir sans coup férir… La municipalité de gauche, l’une des plus progressistes de France, totalement déstabilisée par cette querelle de chiffonniers, risque de ne pas survivre aux élections législatives.

Car le fond de l’histoire est bien là. Derrière un obscur apparatchik du P.S., Olivier FALORNI, on découvre l’un des amis de Lionel JOSPIN (résident de l’île de Ré), Jean-François FOUNTAINE, patron de chantier naval1, ancien champion de voile, accessoirement vice-président socialiste de la Communauté d’Agglomération et prétendant au fauteuil du maire actuel. Il préside le “Comité de soutien” de FALORNI qui n’est que son homme de paille. Et ce dernier a enfin son heure de gloire : il tenait la boutique du P.S. en Charente-Maritime (secrétaire fédéral), et avait, “vu son rang dans le parti”, revendiqué un poste d’adjoint au maire de La Rochelle. Je n’ai jamais entendu dire qu’il ait marqué la vie de la commune par un travail remarquable ou des interventions brillantes. La plupart du temps, on ne l’entend même pas. Mais FOUNTAINE et lui avaient des comptes à régler avec Ségolène ROYAL : la présidente de la Région avait en effet mouché FOUNTAINE, alors vice-président, devant tous les conseillers, à l’occasion du vote du budget 2008 ; il proposait d’augmenter les impôts, elle, de recourir à l’emprunt. Ségolène ROYAL, qui présidait la séance, avait refusé de lui donner la parole. Humilié, FOUNTAINE avait quitté la séance en claquant la porte. Depuis, c’est la guerre ! ROYAL avait poussé l’inconscience jusqu’à tenter – vainement – d’imposer ses partisans, et d’éliminer les socialistes rochelais, soigneusement cornaqués par FALORNI, à l’occasion des élections régionales suivantes.

Et voilà comment l’humiliation dérisoire de quelques mecs par une femme politique2, sans doute un peu pète-sec, a fini par gangréner toute la gauche rochelaise. Ségolène ROYAL savait ce qui l’attendait en présentant sa candidature à LA ROCHELLE, quand le député-maire, Maxime BONO eut décidé de ne plus cumuler les deux mandats. Elle n’avait aucune chance d’obtenir l’investiture des affidés du P.S. local, et fit appel à l’arbitrage du Bureau National. Car, bien qu’il n’ait que 40 ans, las d’attendre son tour dans la file qui mène à la gamelle de soupe, FALORNI était résolu à forcer le destin et à défier “l’étrangère parachutée” par les “Parisiens”.

Et c’est là que la cuisine socialiste a tourné au vinaigre. Dans la presse locale (SUD-OUEST, La Charente Libre), l’animosité contre Ségolène ROYAL vire à l’inimitié féroce. Le discours de ses opposants devient quasiment xénophobe : “Ségolène, la “madone du Poitou”, n’est pas  de sang rochelais. Elle était dans le département voisin (Les Deux Sèvres, à 50 km de là), elle n’a qu’à y retourner !” Voilà ce qu’on me répond hargneusement quand je demande naïvement quelles divergences politiques séparent les deux candidats. Je croyais que “Français de souche”, c’était un slogan fasciste, ou Lepéniste à la rigueur. Les leaders de la droite, BUSSEREAU et RAFFARIN, ont inventé désormais le “parti charentais-maritime” contre “l’étrangère” : en vieux marins qui savent louvoyer, ils réalisent d’un coup qu’ils ont l’occasion de couler “la ROYAL” qui les a humiliés – encore des mecs frustrés, décidément – lors des dernières élections régionales (60% des voix, excusez du peu ! ). Et ils appellent à voter pour l’ancien bureaucrate socialo avec le mot d’ordre “TSS” (“Tout Sauf Ségolène”, ça rappelle évidemment le “Tout Sauf Sarkozy” qu’ils n’ont pas digéré). Désormais les maires de l’île de Ré, tous UMP, à une exception près, battent le rappel de tous leurs administrés imposables à l’ISF, assistent avec enthousiasme aux réunions électorales de FALORNI, et appellent à voter pour lui. Les sondages d’opinion se succèdent et annoncent la probable défaite de ROYAL. Mais le succès de FALORNI sera une victoire à la Pyrrhus :  80% des électeurs sarkozystes devraient voter contre ROYAL, c’est à dire pour FALORNI. Mathématiquement, on ne voit pas comment Ségolène, insultée à longueur de forum sur Internet, pourrait retourner la situation…

Pour ma part, j’ai toujours voté à gauche. Ce n’est pas à mon âge que je vais virer ma cuti ! Et si Ségolène m’a souvent paru un peu allumée – c’est un euphémisme -, il est indubitable que son bilan à la direction de la Région plaide pour elle. En tout cas, je ne vais pas me mettre à voter pour un type, FALORNI, dont le seul titre de gloire est d’avoir un grand-père rochelais, ancien capitaine du club de basket local, dont les plus fervents supporters sont tous les mecs aigris du PS, cul et chemise avec les éternels battus de la droite et de l’extrême-droite ! Si c’est ça “la gauche” rochelaise depuis trois générations, le “parti charentais-maritime” seul habilité à la ramener, je préfère rester avec tous les “bougnoules”, mes camarades “étrangers”…

_______________________________________________________

N.B. Je ne vous parle pas du fameux tweet de Mme TRIERWEILER qui a pris parti pour Falorni contre l’ex de son mec actuel. Ce blog respecte la décence : il discute d’idées politiques et ne s’intéresse pas aux histoires de cul !

_______________________________________________________

1 Le chantier naval FOUNTAINE-PAJOT est le premier constructeur mondial de catamarans de plaisance. FOUNTAINE est par ailleurs président de la “Fédération des Industries Nautiques” depuis 2009.

2. Je ne peux m’empêcher de penser que, si les rôles avaient été inversés, on n’en aurait pas fait un fromage ! Des femmes humiliées par l’autoritarisme d’un homme politique, c’est tellement courant que personne n’imagine que ça puisse avoir des conséquences…